Le Feu de mon père
  •  
Format
Broché
EAN13
9782764622940
ISBN
978-2-7646-2294-0
Éditeur
Boréal
Date de publication
Collection
FICTION
Dimensions
21 x 14 x 1 cm
Poids
234 g
Langue
français
Langue d'origine
français

Le Feu de mon père

Boréal

Fiction

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Autre version disponible

Fiction Hors office

Printemps 2014

Informations génériques 

Titre : Feu de mon père (Le)

Coll. : Fiction

Auteur(s) : Michael Delisle

Éditeur : Éditions du Boréal

Date de MEV : 15 mars 2014 Format : 14 x 21 cm

Prix : 13,00 euros

Nombre de pages : 128 ISBN : 978-2-7646-2294-0

Contenu du livre 

Quand Michael Delisle était enfant, ses « oncles », c’est-à-dire les amis de son père, ne disaient pas « arme » mais morceau ou de façon plus métonymique, feu. « J’avais mis mon feu dans le coffre à gant. » « Il s’est débarrassé de son feu. » « Oublie pas ton feu. » Dans ce poignant récit, le poète se remémore son père, le bandit devenu chrétien charismatique, l’homme violent qui ne parlait plus que de Jésus, l’homme détesté qu’on ne peut faire autrement qu’aimer, en dépit de tout. 

La question qui revient éternellement est celle-ci : où va le feu ? 

Et la question me revient au chevet de mon père. Je passe mon doigt sur son vieux tatouage de marin (une ancre avec les lettres MN pour merchant navy) qui n’est plus qu’une pastille noire et floue. Ces cellules sont aussi les miennes. Je reconnais la parenté organique et l’odeur qui monte de son corps : un parfum de vieux drap gorgé de phéromones. Cet encens sébacé est mon seul lien avec cet homme, le seul que je reconnaisse. 

Cet animal m’a donné la vie. 

L’auteur

Michael Delisle est poète, romancier et nouvelliste. Il est lauréat du prix Émile-Nelligan (Fontainebleau, 1987) et du prix Adrienne-Choquette (Le Sort de fille, 2005).

PAGE 2
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

29 mai 2014

Poétiquement incorrect

L'ensevelissement d'une enfance. Une mère tragédienne, ridicule et mortelle qui brandit son rejeton comme bouclier "par chevrotine" : " Un corridor obscur. A l'ouest, mon père armé. A l'est, ma mère éméchée. Moi suspendu entre les deux sur le point ...

Lire la suite