La fête au Moyen Age
  •  
Format
Relié
EAN13
9782737366444
ISBN
978-2-7373-6644-4
Éditeur
Éditions Ouest-France
Date de publication
Collection
HISTOIRE - HIST
Nombre de pages
128
Dimensions
24 x 17 x 1 cm
Poids
388 g
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Les tournois, les extravagants entremets de la cour de Bourgogne, les «esbatements» de la rue ou les «folies» de Carnaval sont encore aujourd'hui de vivantes évocations d'un Moyen Âge festif. Solennité religieuse ou profane, célébration politique ou réjouissance de la vie privée, la fête parle de son époque.

La plupart de ces festivités s'inscrivaient dans un calendrier liturgique et agraire. On connaît la popularité des rituels de l'hiver dès le Moyen Âge : Nativité, fêtes des fous et de l'âne, Épiphanie. Les jours gras de Carnaval avec leurs bouffonneries précèdent le Carême ; l'allégresse de Pâques est solennisée par des carillons et des danses ecclésiastiques tandis que le mois de mai abonde en jeux floraux. La fête de cour requiert la présence d'amuseurs, jongleurs et ménestrels. Au temps de Villon, les «mystères» deviennent des superproductions de théâtre religieux. Temps fort de la vie collective, la rue en fête est le domaine du spectacle avec les bateleurs, montreurs de «bestes étranges» et danseurs de corde. Les «entrées» royales ou princières donnent lieu à de véritables mises en scène. Le Carnaval et les charivaris rendent hommage aux crécelles et cliquettes dans toutes sortes de manifestations désordonnées. Le goût de la vie de ces générations transparaît à travers leur disponibilité festive, des fastes de la cour aux divertissements du menu peuple, des manifestations religieuses aux rites saisonniers. Dans un ouvrage abondamment illustré, Gérard Lomenec'h nous familiarise avec la richesse de l'univers de la fête au Moyen Âge.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Gérard Lomenec'h