www.leslibraires.fr
Les Carolingiens (741-987), 741-987
EAN13
9782200261108
ISBN
978-2-200-26110-8
Éditeur
Armand Colin
Date de publication
Collection
Collection U
Nombre de pages
242
Dimensions
24 x 16 x 1,6 cm
Poids
341 g
Langue
français
Code dewey
944.014

Les Carolingiens (741-987)

741-987

De ,

Armand Colin

Collection U

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


  • Vendu par Librairie Laubrière
    État de l'exemplaire
    Armand Colin "Collection U histoire" 2003, in-8 broché, 241 p. (très bon exemplaire) Cartes, généalogies, lexique, chronologie, index et bibliographie. Synthèse complète de l'histoire de cette dynastie qui continua les Mérovingiens par certains aspects, tout en cherchant à retrouver l'héritage de l'Empire romain dans sa version chrétienne.
    18.00 (Occasion)

De l'élection de Pépin le Bref comme roi des Francs en 751 à la chute du dernier représentant de la dynastie carolingienne ayant régné en Francie occidentale, Louis V (986-987), les Carolingiens ont très largement été les maîtres du pouvoir en Occident. Héritiers de la civilisation germanique dont ils sont issus, continuateurs par certains aspects des Mérovingiens qui les ont précédés tout en cherchant à retrouver l'héritage de l'Empire romain dans sa version chrétienne, ils ont réussi à construire un système politique et culturel original. L'entente établie entre le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel a contribué à cet essor, et la Renovatio carolingienne a bien été un moment fort de l'histoire de l'Occident médiéval. De plus, le regnum Francorum d'origine a laissé la place à l'Empire carolingien par le biais de la politique d'expansion ( dilatatio regni ). Toutefois, l'époque carolingienne n'est pas faite d'un seul bloc : à une phase ascendante, qui coïncide avec les règnes de Pépin le Bref, Charlemagne et Louis le Pieux à ses débuts, succède une période de crises et de difficultés, à partir de 825 environ. L'Empire carolingien à proprement parler s'est révélé éphémère (800-843) : le partage de Verdun marque l'échec définitif du rêve de reconstitution de l'Empire romain d'Occident tel qu'il existait avant 476.S'appuyant sur les travaux récents qui se sont multipliés au cours des deux dernières décennies et proposant de nombreux documents partiellement ou entièrement commentés, les auteurs font le point sur cette période riche et sur les questions qu'elle ne manque pas de poser : faut-il considérer les Carolingiens comme les pères (ou plutôt les grands-pères) de l'Europe ? Quelles furent les réalités et les limites de la Renovatio carolingienne ? En quoi les Carolingiens ont-ils contribué à créer les facteurs d'une dislocation qui a fini par les emporter ? L'ouvrage délimite clairement la ligne de partage séparant la réalité historique de la légende qui imprègne encore bien souvent les Carolingiens.Christian Bonnet, professeur agrégé et docteur ès-lettres, enseigne l'histoire en classes préparatoires (Lettres supérieures et Première supérieure) au lycée Joffre à Montpellier. Il a publié plusieurs ouvrages historiques, notamment pour la préparation de concours (I.E.P., CAPES-agrégation).Christine Descatoire, ancienne élève de l'École Normale Supérieure (Ulm-Sèvres), professeur agrégée spécialisée en histoire médiévale, enseigne à l'Université de Lille III.Les deux auteurs ont publié ensemble, en 1996, Les Carolingiens et l'Église (Ophrys).
Le royaume franc en 741 : le legs mérovingien. Pépin III  le Bref  (741-768). Charlemagne (768-814). Louis le Pieux (814-840). Le tournant de 840-843. L'empire disloqué (843-888). Gouverner et étendre le royaume franc. L'économie carolingienne. La société laïque. Église, pouvoirs et société. La renaissance culturelle. Les derniers Carolingiens (888-987).
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Christine Descatoire