www.leslibraires.fr
RAPPORTS DE CLASSE
Format
Broché
EAN13
9782879296388
ISBN
978-2-87929-638-8
Éditeur
Éditions de L'Olivier
Date de publication
Collection
Essais
Nombre de pages
201
Dimensions
20 x 14 x 1 cm
Poids
276 g
Langue
français
Code dewey
370
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


  • Vendu par Livres sur Sorgue
    État de l'exemplaire
    Etat de Neuf
    Format
    14cmx20 5cmx1 7cm. 2008. Broché. 201 pages. C'est parce que nous ne nous reconnaissions pas dans les nombreux discours tenus sur l'école que nous avons voulu écrire ce livre. Ces discours parlent d'une réalité étrangère à celle que nous rencontrons dans nos classes dans les couloirs de nos lycées depuis trois et six ans que nous exerçons chacune avec notre caractère. Certains appellent de leurs v?ux le retour à une autorité qu'ils croient disparue. À les entendre on ne peut plus faire cours. Sur l'air du c'était mieux avant les profs sont devenus à les en croire des animateurs sociaux des moniteurs de colonies de vacances. D'autres pensent avoir trouvé des recettes infaillibles pour enseigner vraiment à l'élève au c?ur du système. La classe se fait agora nous nous devons d'être Socrate. Ces deux antiennes se rejoignent autour du même diagnostic : la défaillance des enseignants. Nous ne nous retrouvons dans aucun de ces deux camps. Ils ajoutent de la culpabilité à la remise en cause quotidienne qui fait partie croyons-nous de l'exercice du métier. Face aux attaques en règle contre l'école telle qu'elle est nous avons eu envie de prendre la parole pour faire entendre que malgré les propos alarmistes tout n'était pas encore déréglé
    3.00(Occasion)

" C'est parce que nous ne nous reconnaissions pas dans les nombreux discours tenus sur l'école que nous avons voulu écrire ce livre. Ces discours parlent d'une réalité étrangère à celle que nous rencontrons dans nos classes, dans les couloirs de nos lycées, depuis
trois et six ans que nous exerçons, chacune avec notre caractère. Certains appellent de leurs vœux le retour à une autorité qu'ils croient disparue. À les entendre, on ne peut plus faire cours. Sur l'air du " c'était mieux avant ", les profs sont devenus, à les en croire, des animateurs sociaux, des moniteurs de colonies de vacances. D'autres pensent avoir trouvé des recettes infaillibles pour enseigner vraiment à l'élève au cœur du système. La classe se fait agora, nous nous devons d'être Socrate. Ces deux antiennes se rejoignent autour du même diagnostic : la défaillance des enseignants. Nous ne nous retrouvons dans aucun de ces deux camps. Ils ajoutent de la culpabilité à la remise en cause quotidienne qui fait partie, croyons-nous, de l'exercice du métier. Face aux attaques en règle contre l'école telle qu'elle est, nous avons eu envie de prendre la parole pour faire entendre que, malgré les propos alarmistes, tout n'était pas encore déréglé. "
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Nadia Butaud