www.leslibraires.fr
Dix-neuf secondes, roman
Format
Broché
EAN13
9782715224209
ISBN
978-2-7152-2420-9
Éditeur
Mercure de France
Date de publication
Collection
Bleue
Nombre de pages
144
Dimensions
20 x 14 x 1 cm
Poids
190 g
Langue
français

Dix-neuf secondes

roman

De

Mercure de France

Bleue

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Librairie Le Livre nomade
    Description
    in8 Broché. Un vol. couv. imprimée, int. frais. Rompre avec sa vie conjugale au bout du rouleau et comment y parvenir ? ! Gabriel a trouvé une idée originale : une station de RER dans la proche banlieue parisienne pour un rendez-vous hypothétique fatal. Lui sur le quai, et Sandrine dans la troisième voiture. Si elle est là, elle descendra, ils s'embrasseront et tout recommencera. Sinon. Tout pourrait donc se jouer dans les quelques secondes qui séparent l'ouverture des portes de leur fermeture. Dans ces quelques secondes, exactement dix-neuf, Pierre Charras a imaginé les possibles et les impossibles d'une vie, variant les narrateurs. Car ce couple en faillite n'est pas seul dans ce RER emprunté par d'autres passagers et autant de destins. Une jeune fille qui s'en va retrouver son amoureux, une femme un peu perdue entre deux hommes, un enseignant homosexuel, un amateur de peep-shows. Et puis un sac lourd, suspect, abandonné brusquement par un dadais au blouson jaune qui pourrait tout enrayer, le RER comme ces vies parallèles. En puisant à la fois dans le roman sentimental et le suspense, le drame et l'horreur, Pierre Charras tient son pari : raconter plusieurs histoires en une seule, et tenir son lecteur en haleine, jusqu'au bout, jusqu'à un épilogue infernal. -Céline Darner
    État de l'exemplaire
    Bon Etat
    Format
    in8. Broché. 144 pages. Un vol. couv. imprimée int. frais. Rompre avec sa vie conjugale au bout du rouleau et comment y parvenir ? !... Gabriel a trouvé une idée originale : une station de RER dans la proche banlieue parisienne pour un rendez-vous hypothétique fatal. Lui sur le quai et Sandrine dans la troisième voiture. Si elle est là elle descendra ils s'embrasseront et tout recommencera. Sinon... Tout pourrait donc se jouer dans les quelques secondes qui séparent l'ouverture des portes de leur fermeture.. Dans ces quelques secondes exactement dix-neuf Pierre Charras a imaginé les possibles et les impossibles d'une vie variant les narrateurs. Car ce couple en faillite n'est pas seul dans ce RER emprunté par d'autres passagers et autant de destins. Une jeune fille qui s'en va retrouver son amoureux une femme un peu perdue entre deux hommes un enseignant homosexuel un amateur de peep-shows... Et puis un sac lourd suspect abandonné brusquement par un dadais au blouson jaune qui pourrait tout enrayer le RER comme ces vies parallèles... En puisant à la fois dans le roman sentimental et le suspense le drame et l'horreur Pierre Charras tient son pari : raconter plusieurs histoires en une seule et tenir son lecteur en haleine jusqu'au bout jusqu'à un épilogue infernal. --Céline Darner
    3.50(Occasion)

Et tout à coup, c'est lui. Sandrine est presque étonnée d'éprouver cette émotion, cette tendresse. Gabriel est assis, compact, comme s'il cherchait à esquiver un coup. Et en même temps, gracieux, innocent. Un chamois. Un chevreuil sur le qui-vive. Il a entendu un bruit inhabituel et sa vie va peut-être en dépendre. Pour lui, c'est le destin qui entre en gare. Il est seul au monde, fasciné par le train qui fonce sur lui, qui va quitter les rails, dévorer le quai, l'écraser contre le mur. Sandrine le regarde. Comme il est beau, tout de même. Comme on est beau quand l'essentiel a chassé les pesanteurs du jour. Ce Gabriel qu'elle aime, Sandrine veut le serrer contre elle. Elle va descendre de la rame, courir vers lui et lui dire à l'oreille «Tais-toi, tais-toi» de peur que ne se brise le cristal de la réconciliation.19 secondes, 18 secondes, 17 secondes : un compte à rebours énigmatique accompagne la course du train. 12 secondes, 11 secondes : la tension croît, palpable, laissant planer l'imminence d'un drame. Que va-t-il se passer dans cette rame de RER nommée «Zeus» ? Vers quel destin inconnu emporte-t-elle ses voyageurs ?
19 secondes, 18 secondes, 17 secondes : un compte à rebours énigmatique accompagne la course du train. Que va-t-il se passer dans cette rame de RER nommée «Zeus» ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Pierre Charras