www.leslibraires.fr
Hérétiques
Format
Poche
EAN13
9782757856970
ISBN
978-2-7578-5697-0
Éditeur
Points
Date de publication
Collection
Points Seuil
Nombre de pages
715
Dimensions
18 x 11 x 3 cm
Poids
366 g

Hérétiques

Points

Points Seuil

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


L’ex-policier Mario Conde est contacté par un certain Elias Kaminsky qui lui demande de partir à la recherche d’un tableau de Rembrandt, disparu en 1939, et qui vient d’être repéré lors d’une vente aux enchères à Londres. Ancienne propriété de la famille Kaminsky, ce tableau a une valeur sentimentale inestimable pour Elias. Il lui rappelle le destin tragique de ses aïeux, déportés dans les camps alors qu’ils tentaient de rejoindre Cuba pour fuir les atrocités nazies.Né à La Havane en 1955, Leonardo Padura est romancier, scénariste et journaliste. Il est notamment l’auteur d’Automne à Cuba, Électre à La Havane, Adios Hemingway, Les Brumes du passé et L’homme qui aimait les chiens, disponibles en Points.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des libraires

par (Librairie Dialogues)
26 février 2016

Différents lieux, différentes époques, le fil conducteur: un tableau de Rembrandt. Monnaie d'échange d'une famille juive à la recherche d'un refuge à Cuba, il réapparaît cinquante ans plus tard dans une vente aux enchères. Un descendant de la famille fait ...

Lire la suite

par (Librairie Entre les Lignes)
3 février 2016

dense !

Comment la vie d’un jeune immigré juif à Cuba dans les années 30 peut nous entraîner au XVIIème siècle à Amsterdam dans l’atelier de Rembrandt ? tout en nous racontant le Cuba d’aujourd’hui ! Un roman dense sur l’art, l’Histoire, ...

Lire la suite

Commentaires des lecteurs

5 avril 2016

Cuba, hérésie

De l’auteur, j’avais beaucoup aimé "L’homme qui aimait les chiens", sur l’assassin de Trotski. Ce roman-somme offrait de nouveau une perspective historique intéressante, je profitais donc de quelques jours de vacances pour me lancer dans sa lecture. Je ne me ...

Lire la suite