La cité de l'indicible peur
  •  
Format
Broché
EAN13
9782362791796
ISBN
978-2-36279-179-6
Éditeur
Alma Editeur
Date de publication
Nombre de pages
251
Dimensions
18 x 13 x 2 cm
Poids
279 g

La cité de l'indicible peur

De

Alma Editeur

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Le grand nocturne (1942) et Les cercles de l’épouvante (1943) ont paru au cœur de la Deuxième Guerre mondiale durant l’occupation de la Belgique, période d’intense activité pour Jean Ray. En plus de ces deux recueils de « récits d’épouvante », l’écrivain gantois publie – presque simultanément – ses deux grands romans : La cité de l’indicible peur (1943, réédité par Alma, mai 2016) et Malpertuis (1943, réédité par Alma, en mai 2017).
À vrai dire, la guerre n’a pas d’influence directe sur celui que l’on, commence alors à surnommer « l’Edgar Poe belge ».
Emprisonné à Gand de 1926 à 1929 pour des malversations boursières, ruiné, Jean Ray doit survivre durant les années 1930 en publiant une multitude d’articles en tous genres, des récits fantastiques et les quelques cent fascicules de la série Harry Dickson. De surcroît son superbe recueil de contes et récits, La croisière des ombres (1932) a connu l’échec. Plus que jamais enfermé dans Gand comme dans un cercle étouffant, l’écrivain n’en poursuit pas moins la taille de ses diamants noirs, malgré l’obligation de fournir des travaux alimentaires.
Durant l’Occupation, l’édition belge se trouve à son tour dans un « cercle » oppressant, ses liens devenant difficiles avec Paris et prohibés avec les pays anglo-saxons. Seule la presse collaborationniste offre de l’espace : Jean Ray y publie beaucoup, sans se référer à la politique ni aux idéologies du moment, plus que jamais enfermé dans son univers très peuplé, à rebours d’une réalité elle-même très sombre.
Ces deux recueils, tous deux rigoureusement construits, se répondent : angoissantes étrangetés dans les aventures fantastiques du Grand nocturne, avec une incroyable virtuosité des intrigues ; poésie de la peur, des réminiscences, des prémonitions et des souvenirs douteux dans Les cercles de l’épouvante à l’image d’une jeune sorcière : la petite Lulu, la fille de l’écrivain, sous l’égide de laquelle le livre est placé. Plus que jamais l’effroi voisine, chez Jean Ray, avec l’humour et le paradoxe.
S'identifier pour envoyer des commentaires.