René Manzor

    Biographie

    « Steven Spielberg a dit de lui qu'il était « un réalisateur visionnaire à part dans le
    cinéma international ». Et cela se voit dès son premier long-métrage en 1986, Le
    Passage, avec Alain Delon qui a fait totale confiance à cet auteur-réalisateur de 25
    ans. Quatre ans plus tard, 3615 Code Père Noël fait l'ouverture du Festival Fantastique d'Avoriaz. Ce film, considéré aujourd'hui comme une référence culte
    et qui ressort en salles aux Etats-Unis pour Noël 2018, confirme la maestria de René Manzor à fabriquer des univers visuels impressionnants. Un style qui attire très vite l'attention d'Hollywood. Steven Spielberg et George Lucas l'engagent pour réaliser plusieurs épisodes de leur série Young Indiana Jones. Voilà le jeune Français lancé aux États-Unis où il restera dix ans, travaillant comme scénariste et réalisateur, mais aussi script doctor pour les grandes productions. Dans les années 2000, Manzor renoue avec le cinéma français. Il signe le superbe scénario de Monsieur N, thriller historique. Puis il écrit et réalise le polar schizophrénique Dédales, véritable défi narratif et technique.
    Après le cinéma (qu'il n'abandonne pas), la télévision (qu'il compare à une salle de
    musculation), Manzor ajoute une corde à son art : le roman. Après le succès en 2012 de son thriller littéraire Les Âmes rivales, son second roman Celui dont le nom n'est plus obtient le prix Polar du meilleur roman francophone au festival de Cognac en 2014. Suivront en 2016 Dans les Brumes du Mal et en octobre 2018
    son roman le plus ambitieux jusqu'ici, le thriller biblique : Apocryphe.
    René Manzor confirme que, avec une caméra ou un stylo, il est et reste avant tout
    un conteur. »
    Gilles Gressard

    Contributions de René Manzor