o n l a l u

http://www.onlalu.com/

o n l a l u est un site de critiques et d'informations littéraires animé par une rédaction et ouvert aux internautes.

La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules
11 juin 2017

Nostalgie en temps réel

Il y a vingt ans paraissait « La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules » de Philippe Delerm. Ce fut un succès foudroyant. Ces textes courts, d’une extrême précision qui transforment ces « presque rien » de notre quotidien en « presque tout » ont un charme auquel il est impossible de résister. Les relire est un bonheur, d’autant que pour fêter cet anniversaire, l’éditeur (L’Apenteur/Gallimard) a eu l’idée de faire appel à Jean-Philippe Delhomme pour les illustrer.

Ces deux-là, je veux dire Delerm et Delhomme, font la paire. A l’évidence, ils viennent de la même enfance. On sent la province, et l’on imagine des mômes roulant à toute berzingue sur des vélos qui déraillaient régulièrement, buvant des Pschitt orange, s’entassant dans des compartiments de trains décorés de photos en noir et blanc des plus beaux villages de France et guettant le passage du Tour de France dans la région…

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

La veuve des Van Gogh
11 juin 2017

Héritière de génie

Voici un roman documenté captivant qui réhabilite une femme de l’ombre (et quelle ombre !), celle des frères Théo et Vincent Van Gogh, qui consacra sa vie à la postérité du peintre. La figure admirable et solaire de Johanna Van Gogh-Bonger a désormais son portrait.

**Femme de l’ombre**

Johanna Bonger n’est mariée à Théo Van Gogh que depuis quelques mois lorsque Vincent, son beau-frère, se suicide en juillet 1890. Impuissante, Johanna assiste à l’effondrement de Théo, et décrit dans son journal (dont des extraits passionnants sont retranscrits ici) la dépression dont il ne sortira pas.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

L'été de Summerlost

Gallimard Jeunesse

Neuf 14,50
Neuf à prix réduit 14,50
11 juin 2017

Croire en ses rêves

Comment se reconstruire après un deuil ? Une question tragique qu’a souhaité aborder Ally Condie dans ce roman junior, en laissant s’exprimer Cedar, une adolescente raisonnable et mélancolique. Un an auparavant, son père et son frère sont morts dans un accident de voiture et la famille a décidé de passer l’été à Iron Creek, dans leur nouvelle maison de vacances. Dès le début, tout semble nimbé de tristesse. Chaque parole qu’ils prononcent, chaque geste qu’ils font leur rappellent inexorablement ceux qu’ils ont perdu. La souffrance s’est installée, et elle perdure.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

La fête des fous
4 juin 2017

La valse des adieux

On a toujours quelque chose de bon à prendre dans un roman de James Lee Burke. Eclairs ou fulgurances, souffle ou atmosphère, confrontations musclées ou confessions poignantes... les pépites se nichent entre deux de ces digressions lyriques qui sont sa marque de fabrique. En cela, « La Fête des fous

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Les invisibles
21,00
4 juin 2017

L'île au nord du monde

Roy Jacobsen ancre cette histoire de vies minuscules sur une île norvégienne qui l’est tout autant, là où le pays façonne les hommes à son image. D’une grande puissance évocatrice.

**Une île coupée du monde**

Les Barroy possèdent l’île du même nom, située au nord du cercle polaire. Il y a Hans et Maria, leur fille Ingrid, son grand-père et sa tante attardée. Tous les cinq vivent en quasi autarcie, à l’instar des quelques autres familles de cet archipel norvégien septentrional, « une poignée de gens […] qui cultivent une fine couche de terre et pêchent dans les profondeurs de la mer, enfantent des jeunes qui grandissent et cultivent la même terre et pêchent dans les mêmes profondeurs ».

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u