Aline H.

Sansonnets, Un cygne à l'envers
14 mars 2015

Magnifique !

Pierre Thiry est un virtuose. Il assemble les mots comme d'autres assemblent les notes. Et la partition composée par Pierre Thiry dans ces sonnets qu'il nous offre est remarquable.

Humour et légèreté sont au rendez-vous. Ces cent sonnets sont tous plus pétillants les uns que les autres et nous entraînent, d'un air guilleret, dans un monde parfois fantaisiste mais, surtout, extrêmement réaliste. Pierre Thiry s'attaque gentiment aux maux de notre époque (obsolescence programmée et surabondance de technologies (dans Innovation), nous parle culture (dans Maryline et la grenouille, Ce que pense Gustave du Pont Gustave-Flaubert : il en perd le goût du thé, C'est leste Ernest, ou encore Le flic et la rouquine) ; il y en a pour tous les goûts !

Vous savez déjà que je joue du violoncelle ? Je voue une admiration éternelle à Mstislav Rostropovitch et à Pablo Casals (un de mes chats s'appelle d'ailleurs Pablo) et à la façon dont ces deux musiciens manient l'archet avec nonchalance.

J'éprouve le même genre d'admiration pour Pierre Thiry. Il est le Rostropovitch de la littérature contemporaine : il assemble les mots avec tellement de talent, que l'on a l'impression que ses textes "coulent" de son stylo, comme les notes coulent des archets de Rostropovitch et Casals. Et pourtant, la musique comme la littérature demandent beaucoup de travail. Mais on l'oublie à la lecture de ces sonnets, car Pierre Thiry nous transporte dans un univers littéraire qui semble aller de soi et qui nous séduit d'emblée.

Dernier élément à relever : la qualité du vocabulaire utilisé. Sansonnets, un cygne à l'envers à cela en commun avec tous les ouvrages de Pierre Thiry : quand on ouvre un livre de cet auteur, on sait que l'on va retrouver une qualité qui manque parfois dans certaines oeuvres contemporaines.

Merci Monsieur Thiry de m'avoir proposé de découvrir cette nouvelle merveille ! Merci pour vos mots, toujours si beaux et qui donnent l'envie d'un jour maîtriser la langue française aussi bien que vous. Et, enfin, merci pour la recette : je la testerai un jour, c'est promis.