Grégoire C.

http://www.librairie-obliques.fr/

A la tête de la belle librairie Obliques depuis 2011.

L'autre ville
19,00
par (Librairie Obliques)
12 août 2015

Un livre magique

Quand le narrateur de cette histoire découvre un livre à l'alphabet mystérieux sur les étagères d'une librairie, il ne se doute pas qu'il vient de pousser la porte d'un monde nouveau et furieusement poétique. Et vous non plus !

Quel roman ! Mais quel roman ! Ballade surréaliste dans les rues de Prague, cette "Autre ville" se donne pour mission de vous faire changer d'avis sur tout ce qui vous entoure. Regardez bien, oubliez vos rendez-vous, ralentissez votre marche, prenez la peine de jeter un œil dans les recoins sombres, sous les cages d'escalier, dans les placards oubliés, là où se déroulent des scènes incroyables, où surgissent des architectures titanesques, où vivent d'étranges peuples. Car l'exotisme, chez Michal Ajvaz, ne se trouve pas dans des pays lointains, mais là, sous notre nez, dans nos maisons, là où plus personne n'a le courage ou la curiosité de regarder.
C'est un guide voyage dans notre imaginaire oublié. C'est aussi un formidable morceau de bravoure poétique tellement les descriptions débordent de détails hallucinés : statues de glace, paquebots entre les immeubles, tramway d’émeraude qui ne mène nulle part, océans de draps, avalanches d'édredons... Ne cherchez pas d'intrigue complexe à cette "Autre ville", elle n'en a pas besoin, et cette stupéfiante odyssée contemplative n'en est que plus forte, mode d'emploi amical, manifeste doux, comme un encouragement à retrouver chaque jour, à chaque instant, le merveilleux au cœur même de notre quotidien. Un livre magique.

Quelle terreur en nous ne veut pas finir ?
par (Librairie Obliques)
11 août 2015

C'est quoi l'identité nationale ?

Les livres servent à nous arrêter, juste un instant, à reprendre nos esprits quand on nous sert trop souvent des idées préfabriquées, des réactions sous le coup de l'émotion.

Depuis plusieurs années, on nous parle d'identité. Notre pays serait attaqué, notre culture serait menacée. Par l'autre, par l'immigré, par le migrant. Mais si notre culture, ce que nous voulons défendre, c'était justement cette manière que nous avons d'accueillir l'autre. Si on oubliait ça, peut-être qu'alors ne serait-on plus nous-mêmes, et alors que resterait-il à défendre ?

Avec ce tout petit livre, Frédéric Boyer nous demande de faire une pause, de bien réfléchir à ce soit disant problème : l'immigration, les migrants, l'identité, appelons ça comme on voudra. En moins de 100 pages, il réussit à poser les bonnes questions et à les faire résonner bien fort à un moment de notre histoire collective où il est urgent de refermer les plaies plutôt que de les écarter.