Alex-Mot-à-Mots

http://alexmotamots.fr/

Alex L., lectrice compulsive, presque anonyme.
Ayant une préférence pour les bons polars, mais aimant aussi les autres genres (sauf la SF, pitié....)

Fausse piste

Éditions Gallmeister

10,00
5 mars 2019

Enquête aux États-Unis

Meriwether, une ville à l’ombre des Rocheuses de l’Ouest des États-Unis, années 70.

Un privé, Milodrakovitch, dit Milo, est recruté par une jeune femme pour enquêter sur la mort suspect de son frère, décédé d’une overdose dans les toilettes d’un bar.

Le jeune homme faisait des recherches sur le Far-Ouest, tout en cédant à la mode beatnik de ces années-là.

Milo est de la vieille école : il boit, beaucoup et tout le temps. Et quand il a besoin d’avoir les idées claires, il croque quelques pilules.

L’enquête, au fond, n’a que peu d’importance. Et contre toute attente, j’ai aimé suivre Milo de bars en bars, discuter avec de vieux amis tout aussi imbibés que lui, découvrir son passé de fils de riches.

J’ai aimé le vocabulaire recherché tout au long du roman. On ne s’attend pas à trouver un registre recherché dans des histoires de beuveries.

La jeune femme qui cherche son frère est confondante de gaucherie.

Il y a de la bagarre, aussi, et de l’humour.

Tout pour passer un excellent moment de lecture avec un bon whiskey.

L’image que je retiendrai :

Celle de la couleur rousse des cheveux de la jeune femme, de la couleur du whiskey.

https://alexmotamots.fr/fausse-piste-james-crumley/

La vérité sur Dix petits nègres
5 mars 2019

Enquête & policier

De l’auteur, j’avais beaucoup aimé la première de ses théorie sur le meurtre de Roger Ackroyd dans Qui a tué Roger Ackroyd ?.
Il me fallait donc lire sa théorie sur le plus célèbre roman de cette chère Agatha, Dix petits nègres.
Encore une fois, je n’ai pas été déçue. Avec brio, ce professeur de littérature française et psychanalyste nous démontre que Madame Christie ne nous a pas dit toute la vérité.
De façon très pédagogique, Pierre Bayard nous rappelle les faits (ce qu’il se passe dans le roman), puis expose les hypothèses qui font que nous avons été berné deux fois : une fois par l’assassin supposé, et l’autre par l’auteure.
Enfin, le véritable auteur des meurtres se dévoile et explique son mobile.
Bon sang, mais c’est bien sûr ! Si l’explication sur la façon dont le meurtrier s’enfuit me parait une peu légère (personne n’aurait donc embrassé du regard toute l’étendu de la mer ?!), je dois dire que le reste de sa démonstration est sans faille. À moins que….
L’image que je retiendrai : Il faut se méfier des horloges en marbre en forme d’ours….
https://alexmotamots.fr/la-verite-sur-dix-petits-negres-pierre-bayard/

Qui a tué l'homme-homard ?
19,00
5 mars 2019

Humour & enquête

Ouvrir un roman de Jean-Marcel Erre, c’est être certain que l’on va passer un très bon moment de lecture bourré d’humour.
Et encore une fois, je me suis régalée. Margoujols, petit village reculé de Lozère, abrite depuis 70 ans les rescapés d’un cirque itinérant qui proposait un freak show : femme à barbe, sœurs siamoises, homme-éléphant, nain, colosse…
L’histoire s’ouvre sur la découverte du cadavre atrocement mutilé de Joseph Zimm, dit « l’homme-homard ».
L’enquête menée par l’adjudant Pascalini et son stagiaire Babiloune va révéler des secrets enfouis depuis des lustres dans les hauteurs du Gévaudan.
Lucie, la fille du maire de Margoujols, une jeune femme paraplégique communiquant par l’intermédiaire d’un ordinateur, va épauler les gendarmes dans leur enquête. Elle se nomme elle-même l’handitective.

J’ai aimé Lucie, très lucide sur sa vie malgré le filet de bave qui ne cesse de couler sur sa joue.
J’ai aimé ses réflexions sur la littérature policière, le handicap, les artichauts, les cimetières, les réseaux sociaux et, bien sûr, les monstres…

J’ai aimé les gros clichés du polar, et le comique de répétition sur les failles intimes (de l’enquêteur) qui le font flirter avec l’abîme.
J’ai aimé que l’auteur m’entraîne sur des fausses pistes, comme dans tout bon roman policier qui se respecte.

Vous l’aurez compris, après Le mystère Sherlock ou encore Série Z, l’auteur ne faiblit pas.

L’image que je retiendrai : "Tous contre les artichauts !"

https://alexmotamots.fr/qui-a-tue-lhomme-homard-jean-marcel-erre/

Le requiem de Terezin

Éditions du Sonneur

15,00
5 mars 2019

Camp de concentration et opéra

Raphaël Schächter, pianiste et chef d’orchestre tchécoslovaque, arrive au camp de Terezin le 30 novembre 1941 et le quitte pour Auschwitz, le 16 octobre 1944. Entre ces deux dates, il réussit, en dix-huit mois d’efforts désespérés, à répéter et à faire jouer le Requiem de Verdi.

Que de difficultés rencontrées par le chef d’orchestre : faire chanter des juifs en latin pose problème ; rassembler les instruments de musique dans le camp ; les interprètes aussi sont déportés parfois.

Mais les phrases du requiem prennent forcément un relief et une saveur particulières dans le contexte du camp.

C’est là toute la force de ce court livre très émouvant.

L’image que je retiendrai :

Celle des artistes regardant partir certains des solistes avec leur famille dans les wagons plombés.

https://alexmotamots.fr/le-requiem-de-terezin-joseph-bor/

La nuit du cœur
5 mars 2019

poésie

Ouvrir un livre de Christian Bobin, c’est être certain de lire de la poésie en prose, de toucher, avec le poète, ces petits riens qui font la vie, celle que l’on aime.
Cette fois-ci, le poète nous emmène dans l’abbatiale de Conques, ce chef d’œuvre du XIe siècle où il ne voulait pas aller.

De sa chambre 14, les vitraux et les brins d’herbe parlent.

Je dois vous avouer que j’ai été moins séduite par ce dernier livre de Christian Bobin. Mêler Conques et le processus d’écriture m’a paru artificiel.

Bien sûr, il y a quelques phrases comme des fulgurances, mais je ressors mitigée de cette lecture.

Je n’en dirai pas plus, je vous laisse malgré tout le plaisir des mots de Monsieur Bobin.

https://alexmotamots.fr/la-nuit-du-coeur-christian-bobin/