www.leslibraires.fr

Elizabeth P.

Les enfants sont rois
18 avril 2021

Depuis toute jeune, Mélanie rêve de télé réalité.
Elle a adoré Loana.
Elle a même brièvement participé à une émission, mais sans suite.
Les années passent, elle se marie, a deux enfants.
En découvrant youtube, elle commence à filmer ses enfants et ses vlogs atteignent un succès phénoménal.
Jusqu'au jour où sa petite fille disparaît.
J'essaye en ce moment de lire des livres qui m'emmènent loin des sujets d'actualité.
Elle est tellement lourde et prégnante .
Et bien, avec « Les enfants sont rois », c'est raté.
Car ils sont loin d'être rois ces enfants présents sur les réseaux sociaux.
Le plus souvent manipulés par leurs parents, on leur vole leur enfance au nom du succès et de la reconnaissance, et parfois d'histoires de gros sous.
C'est absolument dramatique et révoltant.
Delphine de Vigan est reine dans l'art de représenter des situations.
Son écriture est d'une justesse incroyable.
Ses personnages prennent forme et vie avec une réalité étonnante.
Elle maîtrise vraiment tout de A à Z dans ses écrits.
J'ai beaucoup aimé tous les personnages, même Mélanie victime de son époque, et surtout Clara cette jeune inspectrice si fine et si consciencieuse .
La dernière partie, qui se passe en 2031 met en lumière l'intelligence artificielle et ses futurs effets sur nos vies.
Je ne savais pas du tout de quoi traitait le livre avant de l'ouvrir.
L'auteure nous emmène toujours de surprise en surprise.
Et toujours avec finesse, élégance, intelligence.
Et pourtant tout ce qui est décrit ici est effrayant, bouleversant, tristement trop vrai.

D'Amour et de guerre
19,90
15 avril 2021

En 1939, Adam a vingt ans.
Dans les montagnes de sa Kabylie natale, il construit une maison pour y vivre avec son bel amour Zina.
Mais la guerre éclate et le voilà enrôlé de force.
Il part pour la France, défendre le pays.
Des livres sur la seconde guerre mondiale, on en a déjà lu pléthore.
Comment arriver à nous captiver encore ?
Et bien il y réussit Akli Tadjer.
En nous faisant voir cette guerre par les yeux d'un jeune colon.
En nous révélant les conditions qui leur étaient réservées.
Ce roman, c'est toute l'horreur et la cruauté de la guerre.
Mais c'est aussi toute la force et la beauté de l'amour.
Comment ne pas s'attacher à Adam ?
Quelle force et quelle pureté en lui.
Et dans toutes les situations atroces qu'il a vécues, il se raccroche à Zina en lui écrivant inlassablement dans son carnet rouge.
De plus, au cours de ces années, il a réussi à rencontrer de belles personnes et à tisser des liens très forts avec eux.
L'auteur, d'une écriture simple qui transpire l'humanité, nous fait tourner les pages avec une grande émotion.

Sous terre, Un pur thriller âpre, dans une ambiance étouffante

Un pur thriller âpre, dans une ambiance étouffante

HarperCollins

20,00
15 avril 2021

Australie occidentale, direction Kallayee.
Un couple et leur jeune fils ont disparu.
Ils s'étaient installé un mois plus tôt dans ce village fantôme en plein désert.
Mais que font-ils là ?
Qu'est-ce qui les a poussé à venir se cacher dans ce trou paumé ?
Une jeune inspectrice est chargée de l'enquête qui se révèle bien complexe.
Voilà un roman rondement bien mené.
468 pages et pas une seconde d'ennui.
On suit l'enquête de plusieurs points de vue.
Celui de la policière.
Celui de l'un ou l'autre des personnages.
L'alternance de courts chapitres permet d'éviter toute monotonie.
Encore un, encore un ….....
Et on avance, pas à pas, éclairés par les informations des uns ou des autres.
Tout est parfaitement maîtrisé.
Les personnages sont authentiques et crédibles.
Et pourtant, le couple n'est pas spécialement sympathique.
De moins en moins même au fil des pages.
L'histoire tient debout et sa progression est imparable
C'est parfois oppressant, souvent inquiétant.
Et qu'il fait chaud dans ce désert !
Ce qui ne nous empêche pas de frissonner à multiples reprises.
J'ai littéralement dévoré ce long roman qui se lit sans interruption.
Un livre à recommander à tous les amateurs du genre, et même aux autres.

Les déraisonnables

Auroy, Olivier

Anne Carrière

18,50
19 mars 2021

Laisser entrer la lumière

Une nouvelle publication d'Olivier Auroy, c'est toujours un moment d'attente.
De quoi va-il nous parler ?
Est-ce une suite de l'Amour propre ?
Non, pas du tout.
Ce sont quatre histoires de déraisonnables.
Des personnages vieillissants pour qui rien n'est perdu, bien au contraire.
Certes ils ne sont pas très raisonnables, mais leurs actes parfois un peu fous, « laissent entrer la lumière ».
Madeleine, licenciée à 62 ans ; rebondit en se lançant dans la vente de ses confitures.
Sa rencontre avec la jeune Camille est déterminante.
Pietro, dans le sud de l'Italie fait face au début d’Alzheimer de sa femme.
Jean-Paul, qui veut reconquérir sa femme, simule sa propre mort.
François, jeune divorcé rencontre l'incroyable Alma qui deviendra tante Alma pour son fils Gabin.
Ces quatre récits sont pleins d'espoir.
Les liens intergénérationnels sont des moteurs pour les uns comme pour les autres.
Chaque personnage est sympathique et nous entraîne dans son aventure.
Et nous fait voyager aussi, de Fourqueux à l'Italie, de Bretagne à Paris.
Voilà un livre qui fait du bien.
Du bien dans le contexte morose où nous vivons.
Du bien dans les sorties littéraires qui trop souvent nous dépeignent des situations inspirées des phénomènes sociétaux actuels, et nous laissent encore plus déprimés.
Et puis, il y a l'écriture fluide et limpide d'Olivier Auroy qui nous restitue l'âme de ses personnages d'une manière qui semble toujours si aisée.
Un véritable souffle d'air frais.

Mémoires flous
Neuf 19,00
Occasion 18,00
7 mars 2021

critique qui n'engage que moi

Un roman mi-autobiographique, mi-fiction
Mais complètement délirant
Complètement déjanté
C'est l'histoire d'un acteur à très grand succès qui se sent en mal de tendresse dans sa villa de milliardaire, qui passe ses journées devant Netflix.
Il croira retrouver l'amour, partira dans des scénarios délirants, l'histoire partira dans tous les sens.
Des gens réels du cinéma américain sont des personnages du roman.
Je n'ai aucune culture du cinéma américain.
Je ne connaissais même pas Jim Carrey.
Et je pense que cette lacune m'a empêchée de savourer le livre.
Je n'ai pas réussi à entrer dans l'esprit, surtout dans la deuxième partie du livre.
La vie d'acteur doit parfois poser des problèmes d'identité, c'est ce que j'ai ressenti.
Le monde du cinéma est certainement un monde sans pitié et il ne faut pas grand chose pour passer de la gloire à l'oubli.
Je pense que ce livre ravira les amateurs de cinéma, mais pour les autres comme moi, il n'est pas évident à suivre.