www.leslibraires.fr
par (Librairie Page 36)
1 février 2021

Une intrigue policière soutenue jusqu’à la dernière page.

Cette anthologie de la nature froide des pays de l’Est du pourtour de la Bohème et de la Moravie est un chant poétique.
Descriptions, mystères et beautés de la froide nature, peuplée d’animaux aussi sauvages que proches et victimes des hommes, tout y est.
Élucider les morts, et peut-être, les crimes commis n’est pas une mince affaire, surtout quand les acteurs sont multiples, sombres et inquiétants.
Le tout est baigné d’astrologie, marque du déterminisme assuré… !
Un beau roman, et des descriptions somptueuses.

Merci Alain pour cette note !

18,95
par (Librairie Page 36)
23 janvier 2021

C'est du brutal comme dirait Raoul Volfoni

En quête d'argent facile pour retrouver la volupté auprès de Karine sa bienaimée, notre homme trouve la proie idéale dans un café. Il n'y a plus qu'à suivre ce con jusqu'à chez lui. Cela va s'avérer un peu plus compliqué que prévu... Du noir et blanc bien glauque.

19,50
par (Librairie Page 36)
19 janvier 2021

De l'incertitude des sentiments

Maître Susane, obscure avocate sans beaucoup de clients, reçoit la visite de Gilles Principaux qui lui confie la défense de sa femme Marlyne pour un crime terrifiant. N’avait-elle pas déjà rencontré cet homme il y a bien longtemps, une après-midi radieuse, mais alors pourquoi ce choc en le voyant ?
Maître Susane aime ses parents et ses parents lui rendent bien, quoique leur attitude lui laisse des doutes. Tout le roman est basé sur cette interrogation des sentiments à l’aune d’une vérité enfouie dans la mémoire. Qu’en est-il vraiment, et quels souvenirs ne subissent pas la déformation du présent ? Les sentiments ne sont-ils qu'une posture sociale ?
Une intrigue prenante où tous les personnages portent une ambiguïté magistralement décrite.

par (Librairie Page 36)
4 janvier 2021

Un roman foisonnant

Tout ne va pas se passer comme prévu dans la préparation de la thèse de l'apprenti ethnologue David Mazon. La faute déjà au café local qui rassemble à l'heure de l'apéro de sympathiques trognes promptes à lever le coude. Et les mystères du lieu où l'âme du père Largeau se réfugie dans un sanglier qui goutera la luxure interdite au prêtre de par son sacerdoce. Les morts à leur insu trouvent place dans le présent ou le passé, ce qui permet à l'auteur d'évoquer l'histoire des lieux. Mais ce n'est pas tout car le maire, fossoyeur de son état, organise une gargantuesque ripaille histoire de tenir la mort à distance pendant plusieurs jours. Un banquet fastueux débordant d'appétissantes victuailles, de gouleyantes bouteilles et de débats épiques. Dans la dernière partie du livre on retrouve notre ethnologue en herbe à l'ouvrage qui, confronté cette fois aux problèmes du territoire, va modifier son itinéraire personnel ! Une narration surprenante aux multiples thèmes parfois déconcertante mais jubilatoire !

Flammarion

20,00
par (Librairie Page 36)
4 décembre 2020

Demain

2030 , c’est demain et Philippe Djian plante un décor qui nous est familier. Par petites touches pourtant, on perçoit une dégradation, les phénomènes climatiques que nous connaissons sont amplifiés, une décennie perdue. L’icône des jeunes pour la planète a coupé ses nattes. Une radicalité s’est installée dans la contestation et les méthodes policières sont plus sophistiquées. De longues périodes de sécheresses sont suivies d’épisodes de pluies torrentielles. Quelques personnages maintenant, Greg travaille dans un laboratoire dirigé par son beau-frère qui craint une enquête et la découverte de la toxicité d’un des produits. Mais sa situation sociale étouffe sa conscience. Les liens familiaux, les secrets cachés se révèlent au détour d’une phrase, laissant le lecteur comprendre peu à peu. Vera, libraire et activiste va modifier la vision du monde de Greg, aidée par Lucie, sa nièce, militante convaincue Une subtile analyse de l’ambiguïté des sentiments et des choix au milieu d'un monde abîmé par l'inaction climatique des gouvernements.