www.leslibraires.fr

Collectif des lecteurs masqués

Les lecteurs masqués œuvrent incognito...et viennent se greffer aux librairies en poste afin de vous apporter les critiques de leurs dernières lectures.

La véritable histoire de lady chatterley

Herve Chopin Ed

Neuf 21,00
Occasion 5,53
par (Librairie-Papeterie Peiro-Caillaud)
19 janvier 2022

Elle nous fait bien de la peine, cette belle Frieda allemande, débordante de vitalité et de fantaisie, la ''scandaleuse'' baronne de Richtenhoff, douée pour le bonheur simple, mais si mal mariée à cet Anglais de professeur, taciturne et pudibond.
Frieda s'applique puis s'affranchit, s'échappe, se nourrit de la toute jeune psychanalyse et ose . Jette le corset par dessus l'épaule, et roule toute nue dans les feuilles, en éclatant de rire, avec son nouvel amant . Mais le patriarcat aux divers visages veille, la domination masculine archaïque, censure, punit, détruit la femme trop libre.
Dangereuse pour l'ordre établi .

Que devient Frieda et sa quête de liberté légitime? entre le professeur austère et prétentieux et le poète irascible et maltraitant, entre le chagrin immense et définitif d'enfants brisés et la liberté sexuelle, Frieda a t'elle fait les bons choix? Certes, elle devient la muse qui inspire à DH Lawrence, sa ''Lady Chatterley'' . Mais tout ça, pour ça?
Roman historique qui nomme avec lucidité les acquisitions fragiles des droits des femmes, les balbutiements de leurs libertés chèrement acquises et qui restent toujours à défendre ici ou ailleurs.....puisque
ce jour , les talibans entrent dans Kaboul..... et les Afghanes vont devoir remettre la burqa et rentrer à la maison...

Un beau portrait de femme ,touchante par sa candeur

23,00
par (Librairie-Papeterie Peiro-Caillaud)
19 janvier 2022

547 pages, et presque autant de séquences de vie quotidienne dans un petit village quelconque de province. C'est la France des années 80 ….. Boulangerie, hôtel, coiffeur, usine désaffectée, église, école, bande de grands ados plus ou moins désœuvrés, les garçons un peu lourds qui cherchent les filles, et les filles qui cherchent des chiffons …. Et bien-sûr, les commères et cancans. Loin de la ville, et des attraits culturels, loin de la mer ou de la montagne, et pas de touriste pour apporter un peu de nouveauté. Bref, c'est la campagne des ''bouseux'' avec sa rivière quand même! mais rien de follement attractif... A l'hôtel passent les représentants de commerce... Et une vieille Dame fantasque et romantique, toujours en partance mais qui s'attarde dans la vieille maison de famille aux dorures d'antan.

Claudie Gallay pose d'une écriture simple la vie ordinaire des ''vrais gens''. De générations en générations, chacun apprend à ranger ses rêves dans les tiroirs, ou à rêver raisonnable....
Il y a le code de bonne conduite, les mots qu'on peut dire ou pas, les amitiés d'enfance qui portent ou qui s'effritent…. et les Rencontres, malencontreuse ou jolie qui changent le sens d'une vie.
Si la narration est factuelle, sans jugement, pour autant, elle n'est pas désaffectée, et l'on entend clairement, l'invitation récurrente de C. Gallay, à s'autoriser à rompre avec le déterminisme social.

Personnages attachants, lecture agréable .

Neuf 17,50
Occasion 3,76
par (Librairie-Papeterie Peiro-Caillaud)
9 janvier 2021

Coup de cœur d’un lecteur, coup de cœur partagé !

Atmosphère pesante, tension qui monte lentement dans ce huis-clos montagnard.
Tandis que la neige blanche, pure et cotonneuse envahit tout, les protagonistes cachent leur noirceur. Dans le chalet, tout est pesant comme si le silence du dehors amplifiait les silences intérieurs de chacun, les angoisses, les peurs. Cela va crescendo et l’atmosphère frigorifique nous étreint, nous fait haleter à chaque page. La psychologie des personnes y est épluchée de manière successive par couche, comme la neige qui finit par les emprisonner loin de tout et ils se referment pour survivre. Face au danger qui rôde, ce livre donne la sensation d’oppression, d’étouffement. On a froid, on a faim. Les besoins vitaux surpassent tout ! Le futile, le superflu, le luxe, l’abondance ne sont plus de mise, il faut survivre. Qui va en réchapper : le plus fort ? le plus intelligent ? Suspens garanti !
On dévore ce livre et surtout, on ne reste pas sur sa fin !

20,00
par (Librairie-Papeterie Peiro-Caillaud)
23 mars 2020

Avec "le Pays des Autres" , sur le thème très en vogue de la décolonisation, L. Slimani constuit une saga appétente, une fresque Marocaine, où les personnages sont dégrossis à la serpe, et ne bousculent guère nos représentations collectives sur le Maroc et le Maghreb.
Au lecteur attentif, et un peu ancien, il ne devrait pas échapper quelques réminiscences d'"Autant en emporte le vent", même si la Mathilde de L. Slimani, un peu rugueuse, un peu rustique, est loin d'être aussi séduisante que l'inoubliable Scarlett, chipie aussi insatiable qu'attachante ...
Sur le même sujet, version Algérie, on ne peut s'empêcher d'évoquer "L'art de perdre" d'Alice Zéniter, une approche plus subtile, plus intime, et émotionnellement plus juste, si bien que le lecteur en sort ''changé''.

De l'audacieuse et dérangeante L. Slimani de Chanson douce, on aurait pu espérer une fiction plus ''ébouriffante'', plus percutante, et pourquoi pas LE livre- référence sur les effets de la décolonisation dans la psychologie de la population marocaine ….
Tous les espoirs du lecteur repose, pour le tome 2, sur les frêles épaules de Aïcha, l'enfant métisse dont la vie intérieure semble plus élaborée.....
A suivre donc ….

Traduit de l'italien par Dominique Vittoz

Sandro Veronesi

Grasset

8,49
par (Librairie-Papeterie Peiro-Caillaud)
20 mars 2020

Terres rares

Grand plaisir à retrouver dans Terres Rares, Pietro Paladini, le père cabossé et terriblement émouvant de Chaos Calme. Si la petite fille orpheline de mère a bien grandi, si le temps du deuil est passé, les ''embrouilles'' de la vie ordinaire ne sont pas finies….
La dimension pathétique de Chaos Calme s'est estompée, et l'on retient davantage le comique de certaines situations, à travers le regard décalé de notre anti-héros, décidément très attachant. Car Pietro Paladini est sympathique, plutôt maladroit et résolument naïf, et il faut bien admettre qu'il a la poisse . Or, Pietro Paladini c'est nous, des êtres ordinaires qui s'appliquent à vivre une jolie vie malgré les ''emmerdes'' qui volent en escadrille.....
La dernière page lue, le lecteur a bien le droit de revenir vers Chaos calme, histoire de rester encore un peu avec lui. Et finalement, cette deuxième lecture, à distance de l'émotion première souligne le talent de Sandro Veronesi empathique et moqueur avec tendresse .
Souvent drôle .