www.leslibraires.fr

Laetitia .

Les Éditions Noir sur Blanc

18,00
par (Librairie L’Intranquille Plazza)
14 juin 2021

Un roman drôle et détonnant!

Jozo Aspic est un homme fantasque, déséquilibré, haineux et mysogine. Sa femme est décédée il y a bien longtemps et il vit seul avec ses quatre autres fils, aussi naïfs que décalés. Cette famille boostée à la testostérone vit tranquillement, en autarcie, dans un coin reculé; ils se nourrissent quotidiennement de Polenta (avec quelques variantes, pas toujours réussies), ils ont un arsenal de guerre à la maison pour accueillir quiconque les sommerait de payer une facture,...
Mais un événement va briser cette tranquillité: voilà que Kresimir, l'ainé, décide de retourner en ville pour se marier. Il n'est pas sorti du hameau depuis quinze ans et compte bien retrouver celle qui semble être l'amour de sa vie, dont il ne connaît que le prénom. Et ce n'est que le début des problèmes...

On suit avec délectation le récit loufoque et peu banal des Aspics. C'est un roman drôle, tonitruant et plein de rebondissement. Un très grand plaisir de lecture!

Rémi HUOT

Le Mot et le reste

15,00
par (Librairie L’Intranquille Plazza)
14 juin 2021

Ce livre nous raconte les cinq semaines pendant lesquelles Rémi Huot est parti à la recherche de l'Ours dans des forêts séculaires de l'est de l'Europe.

Les mots sont choisis, les phrases sont précises et l'écriture est d'une finesse incroyable. L'auteur lui-même avoue écrire pour « prolonger son regard », et c'est exactement ce qu'il fait: il le prolonge si bien qu'il vient jusqu'à nous. Nous avons la sensation d'être à ses côtés; nous ressentons la chaleur lorsqu'elle est plombante, ou encore la frayeur teintée d'excitation lorsque des bruits animaux entourent la tente.

Il est fascinant d'observer Rémi Huot faire corps avec la nature, avec les grands espaces, et surtout, d'y prendre le moins de place possible. C'est un récit d'une humilité sincère et libératrice. Parce que pour lui le fait d'être dans cette forêt est déjà une chance en soi, et il accueille chaque salut animal et floral avec la même solennité.

"Dans les forêt de l'ours" est un récit teinté de philosophie qui nous réapprend à vivre la lenteur et à apprécier la recherche. Il ne s'agit pas de voir l'ours à tout prix, quitte à se trahir et trahir l'imprévisibilité de la nature, mais de marcher librement, simplement, et d'accepter le sauvage dans ce qu'il a de plus beau et dangereux.

18,50
par (Librairie L’Intranquille Plazza)
14 juin 2021

Nous sommes à bord de la ligne "Imazu", qui dessert huit arrêts entre les deux villes : Takarazuka et Nishinomiya. Huit gares, donc, que nous découvrons au fil des montées et des descentes de voyageurs. Chacun d'entre eux porte un désir caché ou non: être aimé, vengé, reconnu, ou encore sauvé.
Par interactions directes ou indirectes, les passagers s'influencent les uns les autres et nous aimons observer ces personnages en train de se lier: une petite phrase chuchotée, un comportement ou encore une simple conversation adolescente entre copines vont trouver un destinataire précis.

Quelques mois plus tard, sur le chemin du retour, nous suivons les mêmes personnages et c'est alors l'occasion pour nous et pour les voyageurs de faire le bilan de ces profonds changements, opérés en l'espace d'un instant, d'une seconde.

"Au prochain arrêt" est un roman optimiste d'une grande délicatesse qui invite certes au voyage, mais aussi à l'ouverture sur l'Autre. C'est une ode aux rencontres qui, sous des apparences bien anodines, peuvent parfois bouleverser une vie.

Éditions de L'Olivier

22,00
par (Librairie L’Intranquille Plazza)
18 mars 2021

Un roman actuel et universel qu'on dévore du début à la fin.

Marianne et Connell ont grandi dans le même village Irlandais. Ils se connaissent depuis qu'ils sont enfants puisque Lorraine, la mère de Connell, travaille pour le compte de la famille de Marianne.
S'ils apprécient de plus en plus leurs échanges volés sur un coin de table en attendant la fin de service de Lorraine, il est hors de questions qu'ils s'adressent la parole au lycée. Connell n'est pas le plus riche, mais il est de loin le plus souriant, le plus accessible, en bref, le plus apprécié. Marianne, elle, est l'introvertie de service et sa répartie acérée perçue comme du mépris la met à l'écart.
Si ces quelques mots peuvent nous faire penser à de nombreux clichés déjà vus, c'est pour mieux nous tromper. Nous allons suivre Marianne et Connell dans leurs premiers pas d'adultes, du lycée à l'université. Nous découvrons au fur et à mesure la fascination qu'ils ont l'un pour l'autre, la force de leurs amours malheureuses, les barrières que dresse le sentiment de classe, mais surtout le respect et la tendresse qui traversent chacun de leurs échanges.

A la croisée des genres, entre roman victorien à la Jane Austen, comédie romantique, avec un petit quelque chose de Milan Kundera, Normal People explore les amours d'une jeunesse désabusée qui semble n'avoir plus que deux choix: s'accrocher à de grands idéaux pour essayer de trouver un sens à la vie et évoluer, ou bien fuir en avant et répéter les mêmes comportements que leurs parents au risque de stagner. La confusion règne.
Sally Rooney, autrice Irlandaise reconnue mondialement pour son premier roman "Conversation entre amis", nous offre avec "Normal People" un roman universel, fort, simple, d'une justesse étonnante et d'une grande intelligence.

Anne-Marie Métailié

21,50
par (Librairie L’Intranquille Plazza)
16 mars 2021

"Défriche Coupe Brule" nous parle de trois générations de femmes. On ne connait pas leurs noms, tout comme on ne connait pas ce pays qui a été ravagé par la guerre.

On apprend seulement le destin, la personnalité, les valeurs des personnages qui peuplent le roman.
La protagoniste est tantôt "la mère", tantôt "la fille". Fille, elle a pris part à la guerre, dans la résistance. Elle a rejoint son père et ses frères en montagne pour défendre son pays. Elle était respectée, crainte et elle n'a jamais été aussi proche d'être considérée à l'égal des hommes… Elle ne le sera jamais autant. Mère, après la guerre, elle continue de vivre "en marge". Elle élève seule ses filles, elle ne veut rien devoir à personne et cela suscite la méfiance.
Chacune des ces filles, pour certaines devenues femmes, va défier, à sa manière, les normes qui lui sont imposées. Elles prennent toutefois soin de préserver ce qu'on leur a transmis. Le lien qui les unit fait leur force, une force qui évolue et se solidifie avec le temps. Une force et une volonté qui leur permettront de vivre et survivre.

Ce très beau premier roman de la Salvadorienne Claudia Hernàndez nous transporte dans un village en reconstruction, à la rencontre de ses habitants qui tentent de reprendre de nouvelles habitudes et une vie paisible après avoir connu le pire. Un roman qui met à l'honneur les femmes et leur puissance, l'importance des liens intergénérationnels et l'espoir qui se révèle salvateur.