Jean T.

http://www.lepaindesreves.fr/

La maison du peuple, Suivi de Compagnons

Suivi de Compagnons

Louis Guilloux

Grasset

8,35
par (Le Pain des Rêves)
26 juillet 2012

Pour entrer dans l'oeuvre de Louis Guilloux

Pour se faire une idée de l'oeuvre de Louis Guilloux, on peut lire ces deux nouvelles.

Elles racontent les débuts du syndicalisme à Saint-Brieuc, la vie et la lutte des gens de peu, la tendresse d'un fils pour son père, la mort d'un ouvrier et sa volonté que ses compagnons ne sombrent pas dans la misère.
Ce sont des textes d'une grande profondeur humaine, un hommage à ces hommes et ces femmes de petite condition sociale qui ont lutté -et qui luttent encore- pour un monde meilleur.

Une lecture aisée qui ne laisse jamais indifférent.

Signe avec moi
par (Le Pain des Rêves)
26 juillet 2012

Communiquer par signes

Le jeune enfant peut communiquer par signes bien avant de sa voir parler. Assez spontanément, il mime au revoir, bravo ou les marionnettes. Mais il est possible d'aller plus loin en utilisant des gestes de la LSF (langue des signes française). Ainsi, il peut vite savoir signer des mors simples comme faim, soif, pain, eau, chaud, froid, dormir, mal... ce qui évitera bien des crises de larmes à l'enfant et des énervements aux parents !
Ce petit ouvrage qui ouvre à la langue des signes ne rendra personne bilingue, mais vous sera fort utile. 400 signes sont expliqués et illustrés par une photo.

Nous avons testé : ça fonctionne...

Firmin, autobiographie d'un grignoteur de livres

autobiographie d'un grignoteur de livres

Actes Sud

Neuf 7,70
Occasion 3,50
par (Le Pain des Rêves)
9 juillet 2012

Un rat qui lit...

Firmin est un rat. Pas n'importe quel rat. Le treizième d’une portée de douze qui, privé de lait par ses douze frères et sœurs, doit au grignotage de livres d'être encore en vie. Assez rapidement, ce grignotage devient lecture. Firmin devient un rat de librairie. Il voyage dans les livres et enrichit sa pensée, modifie sa vision du monde et des gens. Parfois, il va au Rialto, un cinéma pornographique où il regarde ses "mignonnes" s'agiter sur l'écran. Firmin voudrait communiquer avec Norman, le propriétaire de la librairie, pour lequel il éprouve un attachement sincère jusqu'au jour où celui-ci le tentera avec de la mort aux rats. Firmin sait que son quartier de Boston est promis à la destruction afin d'être rénové. Alors qu'il devient de plus en plus pessimiste et soouffre de sa solitude, il rencontre un écrivain marginal, Jerry Magoon, qui habite l'immeuble. C'est une belle rencontre pleine d'originalité qui lui permettra de retrouver le goût de vivre lui apportera la satisfaction de ne plus être seul

Sam Savage nous offre un hommage au monde de la lecture et de l’écriture. Mais le livre n'est pas plus important que se nourrir, vivre avec d'autres, être relié au monde. Et Firmin aime avec passion les mots couchés sur les feuilles des livres. Il veut aussi s'exprimer, ce qu'il ne pourra faire. C'est un handicap insurmontable qui l'exclut d'un certain mode de relation aux autres. Si apprendre à lire a été facile pour Firmin, si l' Apprendre à lire, si l’intimité le classe au-dessus de ses congénères, il reste qu'il ne peut partager ce qu'il vit en lisant avec qui que ce soit. Firmin est un hybride, à moitié rat, à moitié humain. En même temps, il n'est compris et considéré ni des rats, ni des humains. Cruelle condition !

Un petit livre (à peine 200 pages) aisé à lire. Les références à la littérature et à la philosophie ne gêneront aucun lecteur. C'est une histoire surprenante, cocasse et amusante, grave quand elle montre la réalité du monde des humains. On s'attache à ce sympathique rat et on prend plaisir à lire jusqu'à la dernière page de ce roman.

L'Établi
par (Le Pain des Rêves)
7 juin 2012

L'usine

Robert Linhart a été l'initiateur de l’"établissement" des intellectuels en usine à partir de 1968. Des jeunes de la Gauche prolétarienne abandonnaient leurs études, coupaient leurs attaches familiales, renonçaient à leur carrière pour aller travailler en usine et mener une résistance politique. Linhart s'est ainsi fait embaucher dans l'usine Citroën de la porte de Choisy, à Paris.


Il raconte la vie d'usine, le travail à la chaîne, les bassesses des contremaîtres, la sueur, la dureté du travail, mais aussi la fraternité, la lutte syndicale, la grève, le travail politique pour gagner des militants à sa cause. L'établi, c'est aussi celui du vieil ouvrier qui retouche avec adresse des portes bosselées, que les gens du bureau d'études vont enlever pour en mettre un autre, soi-disant plus fonctionnel, et qui rendra l'ouvrier inapte. Ce double sens que Robert Linhart fait porter au mot montre bien le rapport de l'homme à l'objet dans le cadre du travail. Il illustre ce qu'on appelle les rapports de production.

Un livre pour connaître ce qu'était une usine à la fin des années soixante. Si ce genre d'usine n'existe plus dans cet état, le rapport de l'ouvrier avec celui à qui il vend sa force de travail n'a pas fondamentalement changé.

Lisez-le ! C'est un grand témoignage sur la condition ouvrière et c'est terriblement émouvant.

Les larmes de l'assassin
Neuf 13,90
Occasion 3,80
par (Le Pain des Rêves)
3 juin 2012

une histoire hors du commun

A l'autre bout du monde, au Chili, dans une région sauvage, un enfant s'attache à l'assassin de ses parents. C'est le roman initiatique où chaque rencontre, chaque épreuve est pour chacun des personnages une avancée en humanité. Ce roman violent et dur est le roman de la recherche de l'amour. Car enfin, est-ce vivre que vivre sans amour ?

Un roman pour des lecteurs à partir de 13 ans, que les adultes peuvent lire aussi.