Jean T.

http://www.lepaindesreves.fr/

Tous les petits, et toutes les couleurs
13,70
par (Le Pain des Rêves)
26 décembre 2012

Bien l'utiliser

C'est un livre pour enfants un peu déconcertant parce que c'est un livre-paravent de 9 pages, qui fait 2 mètres de long une fois déplié.
Nous l'avons utilisé avec des garçons de 2 et 3 ans et demi. L'enfant déplie le livre autour de lui. Au milieu de son livre, il donne l'impression de s'y sentir en sécurité. On peut alors le lui lire.
J'insiste ! c'est un livre qu'il faut lire à son enfant pour qu'il y trouve de l'intérêt.

À boire et à manger (Tome 2-Les pieds dans le plat)
par (Le Pain des Rêves)
26 décembre 2012

Plus sérieux qu'il n'y paraît.

Le livre ressemble à une BD et c'en est une. C'est aussi un livre de recettes toutes simples, parfois étranges. J'avoue que si j'avais eu un lapin sous la main, j'aurais hésité à le cuisiner à la bière, mais j'ai essayé le saumon avec des radis noir et je dois reconnaître que c'est correct. En fait, ce qui est étrange, c'est la façon dont Guillaume Long énonce ses recettes. C'est décalé et plein d'humour, ce qui nous change des doctes livres de cuisine.
J'ai particulièrement aimé les 10 réponses que les enfants pourraient faire quand on les oblige à manger.
Une bonne détente et des recettes sérieuses.

Les oeuvres de miséricorde
par (Le Pain des Rêves)
7 décembre 2012

L'Allemagne n'est plus l'ennemi héréditaire que l'on hait, combat et envahit. Aux Allemands rencontrés, le narrateur fait l'amour, pas la guerre. Aux invasions d'antan, il inventorie des pénétrations plus charnelles, amoureuses et sensuelles. Il se rend à Berlin, à Cologne, dans des lieux gays pour rencontrer des Allemands et connaître leurs corps dans le combat amoureux. Ses actes se réfèrent à la liste des oeuvres de miséricorde selon saint Matthieu, que l'on retrouve sur une toile du Caravage.

Le Jour où mon père s'est tu
Neuf 16,20
Occasion 7,00
par (Le Pain des Rêves)
4 novembre 2012

Après avoir lu "l'Etabli" de Robert Linhart, il faut lire le livre de sa fille, Virginie Linhart. Elle a voulu savoir pourquoi, un jour, son père a cessé de parler en faisant une enquête sur les maoïstes des années 1968 et sur leurs enfants. Une façon de remonter dans sa propre enfance et de prendre conscience de ce qu'a été la vie de leurs parents, une vue entièrement axée sur le travail politique et l'action révolutionnaire. Peu à peu, elle comprend ce qui s'est passé chez son père...
Eclairant, donc, très bien écrit, facile à lire et fortement émouvant.

Emmaüs
15,90
par (Le Pain des Rêves)
1 novembre 2012

Quatre adolescents se dévouent par tradition aux grabataires d'un hospice. Ils sont centrés sur eux-mêmes, subissent leurs familles. Catholiques presqu'intégristes, ils vont à l'église comme tout le monde. Une jeune femme, Andre, fille d'un bonne famille aisée, les fascine, exacerbe leur désir et leur culpabilité. Andre est une belle fille qui semble se donner à tous et que personne ne possède. Les garçons en feront l'amère et tragique expérience.
C'est un roman de la perte de l'innocence, avec des personnages complexes, tourmentés par leur désir de sexe et la retenue que leur impose leur religion. Le texte est d'une belle et élégante écriture. Les descriptions sont précises et donnent à voir la réalité de ce que vivent ces jeunes. Baricco regarde ses personnages avec une certaine hauteur et un soupçon de mépris, et c'est très beau.