Jean T.

http://www.lepaindesreves.fr/

La nature exposée
16,50
par (Le Pain des Rêves)
13 mai 2017

Dans un petit village au pied d'un montagne, un homme, ancien mineur, sculpteur et alpiniste, aide des "étrangers désorientés", en qui il voit des "compagnons d'infortune" à franchir une frontière. Comme le forgeron et le boulanger, il prend l'argent des clandestins, mais il le leur rend avant de les quitter. Jusqu'à ce qu'un écrivain fasse la traversée, parle de cette gratuité dans un livre et attire l'attention des médias sur cet homme. Devenu impopulaire dans son village, il s'installe dans un port, où le curé lui propose de restaurer un Christ, un marbre sculpté auquel avait été ajouté un drapé recouvrant "la gêne" qui faisait scandale. Après réflexion, il se lance dans le travail méticuleux qui restaurera "la nature exposée", qui rendra sa nudité au Christ en croix. Il parle de ce travail à l'ouvrier musulman avec qui il dîne, à un rabbin qui lui traduit un peu d'hébreu, à une femme incroyante. Il effectue ainsi un voyage intérieur. Il prend le risque d'aller jusqu'au bout de ce travail, sculptant le marbre que lui a offert l'ouvrier algérien, luttant puis s'abandonnant au moment de restituer sa nudité au Christ en croix.
En ces temps où sont propagés des propos honteux sur les réfugiés, Erri de Luca rappelle que nous partageons une commune humanité avec ces femmes et ces hommes, qu'ils ont l'héroïque courage de "quitter leur pays pour se rendre dans des endroits où ils ne connaissent personne, où ils survivent comme ils peuvent". La nudité du Christ est la parabole de ces "héros" qui ont tout abandonné.
Erri de Luca parle de ce qui le fascine, le sacré, la politique, la compassion, Naples et son musée, la montagne, la vie simple.
Cette fois, Erri de Luca, qui aime et sait aller à l'essentiel en peu de mots, nous offre un long livre... de 165 pages. Un beau livre, engagé, plein de poésie, de symbolique, de montagne, d'humanité. Un livre rare, jusqu'ici le plus étonnant de son œuvre, à lire, à relire, et sans doute à méditer.

Nues dans un verre d'eau
par (Le Pain des Rêves)
1 mai 2017

Laure est une jeune femme qui raconte son séjour en Angleterre où elle s'est perfectionnée en anglais, l'homme de la plage qu'elle a rencontré alors qu'il promenait son chien et donc elle est tombée amoureuse, l'enfant qu'elle commence juste à attendre, dont le père est cet homme. .
Elle raconte tout ceci à sa grand-mère hospitalisée, qu'elle visite chaque jour après son travail -elle est micromécanicienne en horlogerie. La grand-mère semble perdre la mémoire, être déphasée. Elle ne réagit pas quand Laure lui annonce qu'elle est enceinte, pourtant, plus tard, elle lui livre de grands fragments de sa vie, les inscrivant dans l'histoire de la jeune femme.
Ces deux femmes sont à l'opposé de leurs vies. Laure va devenir mère et engendrer une nouvelle vie. La grand-mère se dirige vers la fin de la sienne. Elles se livrent l'une à l'autre, nues, sans fard, en vérité.
Fanny Wodmann nous donne à voir les corps de ces femmes, corps de désir et corps de vieillesse tout en nous offrant l'intimité de ces deux vies d'une manière qui ne peut nous faire oublier leurs finitudes. Deux vies qui s'enrichissent l'une de l'autre faisant que la vie continue.
Émouvant et sensible.

Canari
22,00
par (Le Pain des Rêves)
19 avril 2017

Une jeune étudiante de Philadelphie, Sarrie Holland, se fait arrêter par Wildey, un flic surveillant la maison d'un dealer. Il suspecte que son passager y a acheté de la drogue, laquelle se trouve abandonnée sur le siège arrière de la voiture. Sommée de dénoncer le garçon, Sarrie refuse. Wildey lui propose le choix entre être accusée de recel de substances illégales ou devenir son informateur. Elle choisit de devenir indic.
Or Sarrie est une jeune fille bien sous tous rapports, sage, ne buvant pas, ne se droguant pas, sérieuse, travailleuse, raisonnable, et de surcroît vegan. Tout le contraire de ce qu'on imagine comme étant les qualités d'un bon indic. Wildey est persuadé que la fille va craquer rapidement et qu'il va pouvoir arrêter un gros bonnet de la drogue. Sauf que tout ne se passe pas comme prévu. Parce que Sarrie ne veut pas dénoncer D., son passager d'un soir. Parce que pour mettre fin au contrat qui la lie à Wildey, elle décide de lui fournir d'autres dealers, se risquant dans la pègre, un milieu qui n'est pas vraiment fait pour elle. Parce que l'étudiante de Honor Programs déploie en peu de temps une grande intelligence des situations, une vraie pugnacité, un goût du risque prononcé et une résistance inattendue. Elle va en surprendre plus d'un et encourir des risques extrêmes.

Ne vous y trouvez pas, si le style vous paraît léger et bon enfant, humoristique, c'est à un vrai thriller que vous avez affaire, une pulp fiction dont la noirceur vous fera frissonner, avec une intrigue plutôt complexe et un dénouement inattendu. Les personnages odieux font des atrocités décrites sans concession au gore. .
Même si ce roman est agréable à lire, il vous mettra sous tension et la crainte que Sarrie connaisse le pire vous empêchera de lâcher ce livre avant d'en avoir achevé la lecture. Excellent

Manifeste pour une agriculture durable
par (Le Pain des Rêves)
7 avril 2017

Depuis les années 1970, Lydia et Claude Bourguignon étudient les sols agricoles et alertent sur leur dégradation. Ils mettent en cause les pratiques de l'agriculture intensive qui reposent sur une intensification de la production par "l'utilisation de variétés de céréales à hauts rendements, d'engrais, de pesticides et d'irrigation", sans tenir compte de la nature des sols cultivés et du climat local. Le sol est considéré comme seulement un support inerte et non pas comme une biomasse vivante.
Ils soulignent l'échec de la mondialisation qui a conduit à mettre en concurrence sur un même marché "des produits agricoles obtenus par es payes ayant des climats différents", produits par des paysanneries n'ayant pas les mêmes moyens (mécanisation, traction animale).
Pour contrer cette destruction de l'agriculture, ils proposent des solutions pour la faire évoluer et la rendre plus durable et qualitative. Leur modèle va au-delà de la "révolution verte" et veut renouer avec une agriculture paysanne qui s'inspire de la tradition sans négliger les progrès scientifiques : dépendance du soleil et non du pétrole, sols fertiles plutôt que fertilisés, plantes adaptées à leur environnement et sélectionnées par les cultivateurs plutôt que par les semenciers, respect de la biodiversité végétale. Ils dénoncent l'accaparement des sols, des semences, le lobbying des industriels, la spéculation sur les denrées agricoles…

Le titre indique bien que l'ouvrage est un manifeste. La lecture de ce petit livre est enrichissante pour qui veut rapidement connaître le fonctionnement des sols et les problèmes posés par l'agro-industrie. Le retour à une agriculture paysanne n'est pas le retour nostalgique à un passé idéalisé, c'est la prise de conscience que la nature n'a pas à être violentée mais respectée. Il s'agit bien, en changeant nos modes de vie et de consommation, en cultivant autrement, d'assurer la sécurité alimentaire à toute l'humanité.

Douleur
21,00
par (Le Pain des Rêves)
6 avril 2017

En revenant d'accompagner ses jeunes enfants de l'école, Iris est victime d'un attentat. Grièvement blessée, elle passe des mois à l'hôpital, subit trois opérations pour restaurer ses os brisés. Dix ans plus tard, la douleur qui ne l'a jamais quittée se fait soudain insupportable. Au hasard d'une consultation médicale, elle reconnaît dans le médecin, Ethan, son premier amour. Lycéenne, elle l'avait passionnément aimé, l'avait soutenu avec abnégation lorsqu'il soignait sa mère. À sa mort, il l'avait rejetée à la fin des jours de deuil. Elle retrouve alrs l'amour passionnel qu'elle croyait disparu. A-t-elle droit à une deuxième chance ?
Elle n'ose y croire, mais se laisse tenter. Son mariage est en voie de dissolution, son métier l'accapare au-delà du raisonnable et l'épuise, son fils qui, enfant était si difficile, va bientôt recevoir son ordre de mobilisation et n'aura plus besoin d'elle, sa fille est partie vivre et travailler à Tel Aviv et ne revient que rarement à la maison. Est-elle libre de son avenir ?
Ethan réactive le passé. Elle se remémore sa vie familiale, celle de ses parents, le déclin de son amour pour son mari, l'hyperactivité enfantine de son garçon, le manque de curiosité et de vitalité d'Alma, sa fille qui est tombée sous la coupe d'un gourou malhonnête. Elle, sans doute, a encore besoin de sa mère. Elle est tiraillée entre la fidélité à sa famille, sa mission de mère et d'épouse. Elle montre sa grande anxiété pour l'avenir d'Alma, comme si la jeune fille devait rester dépendante de sa mère tout au long de sa vie.
Retrouvant la vie mémoire de sa vie, elle découvre ce qu'elle doit à son passé, à l'amour de sa famille et de ses parents. Comment ses comportements amoureux et affectifs sont conditionnés par son histoire. Comment toute une vie qui n'est pas élucidée peut être pleine de douleurs.

"Douleur" est un grand et beau roman sur la famille, les relations parents-enfants, l'amour et la passion, la fonction parentale. De même que la société israélienne ne vit pas dans a paix, la société que forme la famille de ce roman ne vit pas en paix. Chacun se reproche d'être responsable de ce qui est arrivé à Iris, sans jamais interroger l'objectivité des faits, évoquer le hasard, créer un moment de paix pour se parler de ce dramatique matin.
Dans des phrases très construites, fiévreuses, Zeruya Shalev laisse son personnage principal exprimer ses pensées et ses sentiments intimes, ses moments de joie, ses craintes, sa douleur, la difficulté de choisir.
En 2004, dans un grave attentat qui a fait onze morts, Zeruya Shalev a été gravement blessée et durement traumatisée. "Douleur" n'est pas sans lien avec sa propre histoire, avec la Bible (Joseph,le fils préféré, le frère trahi) et avec la partition de son pays, avec la politique israélienne et palestinienne.
Un roman intense, grave, beau.