www.leslibraires.fr

Caroline P.

16,00
par (Fontaine Victor Hugo)
16 septembre 2022

Rien ne subsiste quand la torture devient l'arme ultime dans la guerre. Elle massacre des hommes par centaines, par milliers, elle détruit l'âme du bourreau et de tous ceux qui la côtoient. C'est de cette destruction de l'exécuteur que rend compte le monologue poétique du colonel et aussi de la contagion d'une pratique qui a le pouvoir absolu de stériliser le monde.
Un texte audacieux, presque abstrait qui dit l'universel de la révolte face à l'indicible mais aussi une évocation vibrante de la souffrance et de la perte totale du sens.

Chronique judiciaire

P.O.L.

22,00
par (Fontaine Victor Hugo)
9 septembre 2022

Comment restituer la force d'un événement unique, encore si proche que chacun des lecteurs de ce livre aura vécu à sa manière et dans toute la brutalité de son irruption. Ce que nous n'avons pas vécu en revanche c'est le procès. Emmanuel Carrère s'efface pour donner toute la place à ce moment de vérité, de recherche, de questionnements, de précipité d'humanité.
L'auteur se situe juste au-dessus de l'exercice de la transcription, accède à une langue qui témoigne qu'on peut sortir de la nuit, celle de l'ignorance et de la pure violence.

par (Fontaine Victor Hugo)
7 septembre 2022

"Cher connard" est un roman épistolaire à deux, puis trois voix ; mais le dialogue principal est tenu par les deux protagonistes que sont une actrice vieillissante en mal de tournage et une connaissance de jeunesse devenue écrivain à succès, affublé d'une cabale sur les réseaux sociaux pour une affaire de harcèlement sexuel.
Tous les deux s'étant extirpés de leur milieu ouvrier, la menace de l'échec vient faciliter un rapprochement, raviver des souvenirs. Au fil des échanges une empathie inattendue naît et ouvre un nouvel horizon, un peu à l'écart de la bataille qui se joue partout dans la société entre homme et femme. Ces deux ennemis désignés de notre temps apprennent à s'écouter et discuter de leurs désaccords. Despentes embrasse toujours avec acuité son époque. Qu'elle évoque l'amour, le sexe, la drogue, elle ne dynamite plus le paysage, elle use de son verbe pour en faire une arme de conciliation, une perspective de retrouvailles.

par (Fontaine Victor Hugo)
5 septembre 2022

Une famille composée de trois enfants vit heureuse dans une maison parmi les collines. Un jour, la mère, femme aimante pour ses enfants et amoureuse de son mari disparaît. C'est alors tout un univers étrange tissé de mystères, de forces venues des profondeurs des âges qui s'ouvrent à notre monde rationnel. Bérangère Cornut nourrit ce texte de ses univers précédents pour créer un roman à la force des légendes ou des croyances ancestrales. A travers le récit d'une fratrie peu ordinaire, d'un père abandonné, on entre dans un royaume à la fois inquiétant et réenchanté où chaque personnage se débat entre incompréhension des événements et invention de son destin. Zizi Cabane n'est pas un roman familial comme les autres; il vous entraîne loin des chemins bien pavés de la saga ou du simple parcours d'individus vers un mystère et une poésie tout à fait nouveaux. L'écriture de Bérengère Cornut exprime le plaisir puissant à nommer les hommes, les lieux et les choses et affirme le pouvoir de la création.

Mercure de France

19,00
par (Fontaine Victor Hugo)
5 septembre 2022

Neil, un jeune homme de 30 ans se rend à ses cours de civilisation pour adultes et écoute fasciné sa professeure Elizabeth Finch. Avec les années se noue une relation de maître à élève, dont Neil doit se contenter. C'est à la mort de sa chère professeure, qui lui lègue ses archives, qu'il s'autorise un acte d'amour bien particulier : achever la recherche sur Julien l'Apostat qu'elle n'a pas pu - ou pas voulu - écrire. L'amour de ce jeune homme pour une femme bien plus âgée est le portrait d'une admiration intellectuelle, d'une attirance pour le mystère d'une femme qui reste inaccessible.
Ce récit d'une relation atypique forme une sorte de diptyque avec le roman" La seule histoire", où Barnes représente ici une face moins sauvage de l'amour puisqu'il y décrit avec délicatesse et érudition les ressorts d'un amour platonique !
Caroline