Pour vos commandes de Noël, merci de choisir un point vert et de passer commande jusqu'au 20 décembre midi. Au-delà, les rennes du Père Noël risquent de rater votre boîte aux lettres.

Caroline P.

Alma
Neuf 21,00
Neuf à prix réduit 21,00
par (Fontaine Auteuil)
28 octobre 2017

Alma est un récit double, celui d'une mémoire menacée et celle d'un homme qui la cherche : ici s'entremêlent deux consciences et deux vies dont l'île Maurice est le cœur battant. Dans ce texte résonne une créolité douloureuse, loin du rêve lumineux des rivages lointains. Pourtant à travers ces voix croisées, on sent tenace une dignité portée haut qui se garde ou à conquérir malgré la réalité sociale. Et il semble que rien ne peut complètement annihiler la poésie et la luxuriance de la nature et de ses parfums. Le Clezio donne à sentir et à entendre cet outre-mer, si loin, si proche par une langue aux accents multiples. Car le plaisir de ce roman réside pour une grande part dans le style métissé de ce texte très émouvant. Alma révèle tout son talent d'écrivain d'ici et d'ailleurs.

Ils vont tuer Robert Kennedy
Neuf 22,50
Neuf à prix réduit 22,50
par (Fontaine Auteuil)
28 octobre 2017

Marc Dugain verse une fois encore du côté de son penchant américain...
En tournant autour d'un thème, Dugain réussit à nous faire lire un roman qui n'est jamais tout à fait le même. Le choix de s'inventer une légende personnelle familiale mêlée à celle titanesque des Kennedy réussit à transformer une enquête historique très documentée en une quête des origines assez troublante... Certes, la thèse du complexe militaro-industrel américain alliée au règlement de compte de la mafia pour faire tomber la famille Kennedy peut rebuter les farouches contempteurs des théories du complot... mais il faut reconnaître que Dugain sait raconter une histoire, si ce n'est l'Histoire.

Fief

Le Seuil

Neuf 17,50
Neuf à prix réduit 17,50
par (Fontaine Auteuil)
28 octobre 2017

Le livre de David Lopez se lit comme la chronique journalière de ceux dont les journaux nous parlent souvent, exclusivement sous l'angle du fait divers ou de l'analyse sociologique. Je veux parler des gars des cités, ceux qui tiennent longtemps après l'adolescence les murs des banlieues.
David Lopez donne à lire leur quotidien, une immersion sans faux-semblants qui n'est pas très différente de l'idée qu'on s'en fait de loin... A la grande nuance près qu'une voix le porte ici de façon inédite et sensible.
C'est aussi incontestablement un regard d'homme sur la vie d'hommes :la boxe, la fumette, le foot, les potes, les petits arrangements entre dealers et consommateurs... mais surtout un ennui si vaste qu'il conditionne tout le reste. Une vie sur le fil, au bord du précipice, rendu de façon extrêmement réaliste, et parfois poétique tant la langue de l'auteur est précise et trouve dans ce texte un souffle qui manque au quotidien vécu de ces garçons errants, ne sachant pas comment trouver leur place.
Une véritable écriture de roman noir et social mais aussi intime.

Le courage qu'il faut aux rivières / roman
par (Fontaine Auteuil)
28 septembre 2017

Manushe est une « vierge jurée », femme qui, selon la tradition de certaines régions albanaises, refusant le mari qu'on impose aux jeunes filles, doit endosser l'identité d'homme et s'abstenir de toute relation intime. Acceptant cette coutume, elle devient néanmoins une figure respectée de sa communauté villageoise perdue dans les montagnes. Un jour un étranger arrive dans le village et bouleverse l'équilibre savant et paisible qui s'était instauré au fil d'années de renoncement.
Emmanuelle Favier suit ses personnages pris entre les injonctions de traditions archaïques et le désir de vivre pleinement : ce faisant et malgré eux, ils expérimentent la marge autant que la liberté. La force de ce roman réside dans la beauté et la rudesse des paysages et des hommes. L'écriture d'E. Favier invente un roman fait de chair et de destins inattendus, là où on aurait pu trouver un récit simplement exotique ou une fiction idéologique sur le genre. Un premier roman à découvrir.

L'Histoire de mes dents
par (Fontaine Auteuil)
28 septembre 2017

Grandroute, le héros de cet étrange roman est une sorte d'usurpateur génial : issu du petit peuple mexicain, il fait fortune sur le tard en devenant par hasard mais avec détermination, commissaire-priseur et parmi les meilleurs. Ce qui fait de lui un être exceptionnel, c'est  sa discrétion et son incroyable faconde. Mais rien n'est simple et notre compère a commis malgré toute son intelligence et sa prudence quelques erreurs qui viennent emmêler les fils de son existence.
L'Histoire de mes dents est donc un roman contemporain qui joue sur la forme du discours avec brio mais qui ne néglige pas pour autant de nous embarquer dans une ou plutôt une multitude d'histoires. Valeria Luisella a choisi d'écrire, et brillamment, en anglais américain mais elle porte un univers nourri d'un imaginaire bien mexicain. Ce roman hybride a la force de nous dépayser et de nous ravir par ses détournements incessants de la culture dite classique. L'auteur nous entraîne dans une histoire loufoque autant que sur les chemins de la rhétorique avec un humour irrésistible. À lire pour le plaisir et l'originalité !