www.leslibraires.fr

Hélène B.

Armitière -Rouen

Tout peut s'oublier
par (Librairie L'Armitière)
7 janvier 2021

Nous voici en cette rentrée littéraire face à un excellent roman d'Olivier Adam qui se lit d'une traite tant le rythme y est soutenu, l'intrigue prenante et qui émeut intensément.
Nathan, passionné du septième art ,gérant d'un cinéma, rencontre Jun, céramiste, au Japon lors d'un voyage. C'est le début d'une fulgurante histoire d'amour. Jun accepte de suivre Nathan en France, direction la Bretagne et son souffle maritime. De leur union naîtra Léo. Parce que le temps fait son œuvre et que l'amour n'est jamais un long fleuve tranquille, Jun et Nathan vont se séparer, reprendre leur vie chacun de leur coté se partageant en alternance la garde de leur fils. Le destin "ordinaire" de nombreux couples. Mais, un matin, Nathan, passant dans la rue, ne voit pas de lumière dans l'appartement de Jun et de Léo, l'atelier de céramique est fermé et l'institutrice appelle Nathan pour l'interroger sur l'absence de son enfant à l'école... S'amorce alors un véritable drame familial, Jun est repartie avec son fils dans son pays natal sans prévenir, sans avis ni la moindre attention. S'amorce alors une machine infernale alimentée par le manque, le doute, l'absence, le silence, la souffrance. S'amorce alors le difficile et tortueux parcours d'un père à la recherche de son fils. S'amorce alors pour le lecteur une immersion terrassante dans le sensible. S'amorce alors pour chacun de nous une réflexion profonde sur ce qui est essentiel, viscéral et ce qui l'est moins.
Évidemment rien ne peut s'oublier... à commencer par ce roman fort d'Olivier Adam !

Saturne, Roman

Roman

Seuil

18,00
par (Librairie L'Armitière)
25 août 2020

Emerveillement

Un émerveillant roman malgré sa noirceur et c'est bien là toute sa force !
L'on prend une réelle "claque" à la lecture de ce livre tant son sujet et son écriture "viscérale", nécessaire, vitale, concourent à créer une émotion rare et marquante.
Sarah Chiche y parle du deuil, du manque, du vide laissé, des "affres" de la famille et rend par la même un vibrant hommage aux vulnérables et aux endeuillés.
Immense coup de coeur pour "Saturne" : une rencontre littéraire de cet ordre est si précieuse et d'une grande valeur sur la route d'un lecteur....

Le Sel de tous les oublis
par (Librairie L'Armitière)
23 août 2020

Le sel du romanesque

" Certaines blessures atteignent la plénitude du malheur dès lors que l'on cherche à comprendre pourquoi ce qui a importé plus que tout au monde doit cesser de compter". Adem Naït-Gacem en fait l'épreuve, immodérément. Son épouse vient de le quitter, avec elle c'est tout son univers et ses repères qui s'écroulent. Il décide de tout laisser, abandonnant son métier d'instituteur, son logement, les siens, pour entreprendre une errance sans but, avec pour seul bagage sa douleur, sa rancœur, son déni. Il va faire pourtant bon nombre de rencontres singulières, avec des personnages hauts en couleurs, capables de lui ouvrir de nouvelles perspectives, d'autres horizons, de l'aider à surmonter et à apprendre beaucoup de lui, des autres, de l'existence. Antihéros rongé par la mélancolie, l'aveuglement et l'incompréhension, son cheminement sera pavé d'épreuves et hanté par des questionnements incessants, éprouvants, "stériles"...
"Nul orietur" sans acception, sans écoute et sans volonté farouche d'accéder à la paix .
S'offre au lecteur, par les voix de ces différents acteurs en présence, une très belle réflexion sur l'amour (le sel de la vie), sa puissance et sur la femme, ses droits, sa liberté et le respect qu'il convient toujours de lui allouer.
Quelle passionnante histoire narrée par Yasmina Khadra dont il est si bon de retrouver les mots, le ton, le talent : sans conteste une plume puissante de notre scène littéraire et de cette rentrée ! Incontournable.

Les aérostats, Roman

Roman

Albin Michel

17,90
par (Librairie L'Armitière)
23 août 2020

Transmission(s), élévation et révélation...

Dans ce nouveau roman, Amélie Nothomb nous invite à grimper dans un aérostat - ballon, montgolfière, comme il vous sied - pour entreprendre un saisissant voyage au cœur d'une intrigue menée de main de maître, comme de coutume avec l'auteure. Ange Daulnoy, jeune femme de 19 ans, étudiante passionnée de philologie va être amenée , suite au dépôt d'une petite annonce, à donner des cours particuliers à Pie, un garçon renfermé, solitaire, qui n'aime que les armes à feu et les aérostats... Issu d'une famille très aisée , son père, intrigant, froid, souhaite absolument qu'Ange "soigne" la dyslexie de son fils. S'engage alors une plongée fascinante au cœur de la littérature qui élève mais également, par ce prisme, une révélation, celle de soi, celle de l'échange possible - enfin - de la transmission par la rencontre et l'ouverture à l'Autre, à la vie. Mais attention, un vent contraire peut menacer notre dirigeable, la vérité nue être dommageable, l'appréhension de la liberté dangereuse lorsque la transmission "originelle" est lacunaire ou délétère........................
Prêts à embarquer? Sans réserve, lisez ce roman très prenant qui, par ses différents niveaux de lecture, renferme bien des ressorts, donne à réfléchir en même temps qu'il envoûte !

Le Ciel par-dessus le toit
par (Librairie L'Armitière)
19 août 2019

Ce nouveau roman de Nathacha Appanah est une vraie merveille ! Il allie par la grâce, la beauté de l'écriture, du style, l'histoire puissante d'un trio (la mère Phénix, le fils Loup et la fille Paloma) et les questionnements inhérents les plus ténus, les plus perturbants sur les traumatismes de l'enfance mais aussi sur les liens familiaux qui sont indéfectibles et ce, quoiqu'il arrive. Et quelle magnifique lumière à travers la noirceur !
Vous ne serez pas prêts, croyez moi, d'oublier ces "trois là " tant ils sont individuellement et/ou ensemble attachants et humains, si profondément humains.
A lire absolument !