www.leslibraires.fr

Ludivine F.

par (Lettre et merveilles)
6 mai 2022

Le grand voyage d'une fleur sauvage

Nous sommes complètement charmées par cette lecture qu'on vous recommande très très chaudement ! Une histoire sombre mais infiniment poétique, où une jeune héroïne confrontée très tôt à la misère et la violence des adultes cherche tous les moyens pour reconquérir une vie qui puisse être douce. Elevée au Dépôt par Luis, son père adoptif qui l'a trouvée bébé dans un carton d'appareil-photo recouverte de polystyrène, Olympe apprend auprès de lui l'art du vol. Mais le monde des petits trafics est sans pitié et bientôt, un nouveau chef apparaît. Elle sent le vent tourner. Olympe est débrouillarde, futée, maîtrise le sourire séducteur, n'a pas peur de se retrousser les manches, et sait aussi fuir quand il le faut. Mettant à exécution un plan pour échapper au Marquis, alors qu'elle craint de finir à jamais enfermée, George fait irruption au volant de son ambulance pour fleurs en détresse. Commence alors pour la jeune fille et son ami au bras de bois la grande évasion, l'aventure, toujours incertaine, et au bout, l'océan... Un roman magnifique et très émouvant où l'imagination et le rêve prennent le relais lorsque tout paraît insurmontable. Foncez, c'est une merveille !

par (Lettre et merveilles)
22 avril 2022

Tempêtes en dehors et en dedans

Jennifer Lesieur, que l'on connait pour ses biographies (Jack London, Alexandra David-Néel, Amelia Earhart, Mishima...), s'adonne ici pour la première fois au roman et on peut dire que le coup d'essai est réussi ! Notre histoire se passe à Tahiti au début des années 90. L'autrice connait l'île pour y avoir vécu et nous invite à contempler les paysages où bougainvilliers, bananiers et arbres à pain déploient leurs feuilles et leurs odeurs, où le bruit des vagues s'entend de partout, un relief dessiné par l'activité volcanique importante de l'île et l'omniprésence de la nature vivace. La narratrice, une collégienne popa'a (une blanche venue de la métropole), voit passer le cyclone qui ravage les environs par l'interstice de sa maison barricadée. Une fois la tempête partie au loin, alors que le calme semble revenu, les choses se compliquent. Dans sa classe où se côtoient diverses nationalités, cultures et milieux sociaux, l'une de ses amies, petit à petit, se renferme sur elle-même et agit de façon étrange. Elle cache quelque chose mais ne dit pas quoi... Certaines tempêtes ne sont pas aussi impressionnantes que celles qui déracinent les arbres du jardin, pourtant elles sont bien là, tapies, et par amitié pour Tumata, l'héroïne et sa petite bande chercheront les réponses, quitte à se heurter à la réalité de la misère et de la violence. Un roman (malheureusement toujours) actuel et percutant où des adolescentes soudées confrontent la face sombre du monde des adultes avec courage et détermination.

Carys Davies

Seuil

21,00
par (Lettre et merveilles)
9 avril 2022

De la fragilité de certains rêves

Hilary Bird, à 50 ans, décide que le meilleur moyen de mettre fin à ses angoisses et à son mal-être incessant est d'opérer une coupure radicale dans son quotidien. S'éloigner de son travail à la bibliothèque qui ne le satisfait plus (depuis que l'étagère des dictionnaires a été supprimée, M. Byrd se sent perdu), s'éloigner des usagers capricieux qui le méprisent, de sa sœur qui se sent la tâche de le materner parce qu'il a peur de tout, de son pays, le Royaume-Uni. C'est dans ce contexte que M. Byrd débarque en Inde et trouve refuge dans un bungalow prêté par le Padre, un vieil homme s'occupant du culte chrétien des environs et vivant avec Priscilla, sa fille adoptive de vingt ans. Au contact de ses hôtes et avec l'aide de Jamshed, son taxi, Byrd reprend goût à une vie tranquille, simple et faite de plaisirs innocents tels que se promener, déguster des sucreries, aller au cinéma, coudre et cuisiner. Mais alors que le Padre cherche à tout prix un époux convenable pour prendre soin de Priscilla, M. Byrd se met à rêver à un avenir qu'il n'avait même pas envisagé. Il n'est pas le seul à rêver, à espérer en silence. Pas le seul à être tiraillé entre ce que la logique et l'ordre du monde lui tracent comme chemin et ce que ses fantasmes lui murmurent... Jamshed le taxi dévoué, Priscilla la boiteuse mélomane, Ravi le neveu aventurier, Henry Page le missionnaire canadien, les hindous fâchés contre les missionnaires étrangers, Ooly la chienne affectueuse, eux aussi, dans un monde plein de tensions et de volontés contradictoires, ont des rêves... Un roman doux et mélancolique où l'on se laisse glisser tranquillement au fil des pages pour découvrir petit à petit l'intimité des personnages et ce qu'eux-mêmes ont tant de mal à dire aux autres : "voilà ce à quoi je rêve".

Titaua Peu

Au vent des îles

15,00
par (Lettre et merveilles)
8 avril 2022

L'envers du paradis

Dans ce roman percutant, où les personnages sont fictifs mais où tout est vrai, la narratrice se livre sur sa vie en Polynésie et son parcours mouvementé. Très jeune enfant, elle s'enfuit du domicile familial avec sa mère, ses sœurs et son frère, pour échapper à un père alcoolique et violent. Dès lors s'insèrent en elle des pensées noires, du désespoir, un sentiment de vide, une peur de l'abandon. Adolescente, alors que sa mère a retrouvé un autre mari, elle fréquente une bande de paumés, fume, boit, avec toujours au cœur cette impression que la vie n'a aucun sens. C'est là qu'elle rencontre Rori, un homme de vingt ans son ainé, idéaliste, amoureux de sa terre, des îles et de sa culture, que les polynésiens se sont vus confisquer au fil du temps par les "métro", les français, les religieux. En grandissant, l'héroïne prend de plus en plus conscience du profond malaise enraciné dans la société tahitienne, qui n'a plus les mots pour se raconter, qui ne sait plus exprimer ses désirs, ses sentiments et ses rêves, et qui bascule soit dans le plus grand mutisme, soit dans la plus grande violence. L'autrice évoque les émeutes de 1995 à Papeete suite à la décision de Jacques Chirac de relancer les essais nucléaires dans le Pacifique sans consulter les Polynésiens, un épisode politique gravé dans sa mémoire. Ce récit poignant nous offre une autre vision de Tahiti et des îles que la langueur, la fête et la douceur que l'on trouve dans les clichés de carte postale. Son autrice fait porter une voix indispensable à notre compréhension de la réalité du peuple polynésien aujourd'hui. Une très bonne découverte !

La maison des jeux

Le Bélial

10,90
par (Lettre et merveilles)
26 mars 2022

Le denier tourne, le denier tourne, nous voilà enfuis...

Thene est une jeune femme juive mariée par intérêt à un mari alcoolique et addict aux jeux d'argent, dans la Venise du début du XVIIe siècle. Un soir, mari et femme se rendent pour la première fois dans la Maison des Jeux, un établissement qui comporte deux loges : la Basse, où l'on se livre à des parties de dés, de cartes ou d'échecs classiques, et la Haute, où n'entrent que quelques rares joueurs et joueuses triés sur le volet par des arbitres masqués. Excédée par les frasques de son époux et son irrespect croissant envers elle, Thene décide de ne plus rester spectatrice de sa vie. Elle commence à jouer. Très vite, elle se révèle douée et elle est invitée à candidater pour intégrer la Haute Loge. Mais pour cela, elle doit passer avec succès une épreuve : le jeu des Rois. Le Tribunal de Venise doit élire prochainement son nouveau tribun. Plusieurs hommes puissants sont pressentis pour cette place, un seul l'obtiendra. Thene, ainsi que trois autres joueurs, en prendront chacun un en charge et devront le mener à la victoire, grâce à des alliés représentés par des cartes du Tarot. Dans la Haute Loge où l'on parie des années de vie, des talents ou des trônes, le jeu des Rois n'est que l'une des nombreuses parties qui se déroulent simultanément aux quatre coins du monde, chapeautées par l'énigmatique Maîtresse des Jeux... Ce court roman extrêmement bien mené nous plonge dans une ville corrompue, dangereuse et fascinante où les fortunes et les réputations ne tiennent qu'à un fil. Très réussi !!