www.leslibraires.fr

Elia L.

Le grand marin
par (Librairie de l'Angle rouge)
2 décembre 2020

D’un coup de talon, Lili quitte la France et, sans rien en connaître, embarque en Alaska pour la pêche au flétan.
Sur terre ou en mer, autour d’elle des hommes, et seulement des hommes. Un, surtout.
Se frotter au métier, crever de mal mais n’en rien montrer, échouer, essayer, encore.
Le style est vif, nerveux. Comme Lili, comme ses compagnons de grand large, les phrases ne sinuent pas, elles vont au plus court, au plus vrai, toujours.
Un magnifique et rugueux récit de liberté, de celles que l’on ne peut borner!

Si l'hiver arrive, dis-lui que je ne suis pas là
par (Librairie de l'Angle rouge)
13 novembre 2020

Profite donc tant qu'c'est là!

Un petit garçon que le soleil, les glaces et la baignade ravissent par dessus-tout apprend par sa grande sœur que cela ne va pas durer: L'HIVER n'est pas loin!
Diantre, le voici qui guette avec appréhension les premiers signes du changement... pour finalement embrasser chacun de ces bouleversements avec bonheur.
Un hymne à l'instant présent, à l'observation des petites fluctuations du monde et ses couleurs flamboyantes!

La Cavale
par (Librairie de l'Angle rouge)
13 novembre 2020

C'est avec l'aide d'un super complice boulanger que Gottfrid et son pépé ronchon prennent la poudre d'escampette: Gare, les petites îles scandinaves n'ont qu'à bien se tenir!
À la fin de l'échappée belle, Grand-père "a l'air d'un dieu fatigué, appuyé sur son nuage blanc" d'oreiller. Fatigué, mais heureux!
Une douce histoire de fin de vie, d'immense connivence aussi, avec un petit goût d'interdit et un soupçon de poudre gros mots.

Julian est une sirène
par (Librairie de l'Angle rouge)
12 novembre 2020

Le dessin, sur fond couleur kraft est remarquable et les personnages que le délicieux petit Julian croise au détour des rues arrachent d'insubmersibles sourires.

Avec cet album, on s'écarte un peu des sillons classiques de la littérature jeunesse: il aborde de façon joyeuse et bariolée la question du genre et des stéréotypes. Cela vaut 1000 discours!

Ouvrage récompensé pour ses illustrations du prix BolognaRagazzi 2019.

Dieu et nous seuls pouvons

Michel Folco

Points

Neuf 7,40
Occasion 9,00
par (Librairie de l'Angle rouge)
12 novembre 2020

Michel Folco, le caustique historien-romancier

"Dieu et nous seuls pouvons", voilà ce qui orne la façade de la demeure de la dynastie Pibrac, bourreaux de génération en génération.
En réalité, comme l'affirme le Septième du nom: "le terme exact est Exécuteur des hautes œuvres(...)Nous ne saurions être des bourreaux puisque nous sommes le bras armé de la justice(...)On couvre de gloire les militaires qui tuent des innocents servant tout comme eux leur patrie et nous qui ne tuons que des coupables, on nous couvre de mépris!"

Fresque grinçante au style ravageur s'étalant de l'an de grâce 1683 à l'aube de la première guerre mondiale , cet étonnant ouvrage s'inspire très librement de l'Histoire de France et de ses figures emblématiques (notamment Charles Henri Sanson) pour nous emmener définitivement du côté de la chronique burlesque.

De Justinien Premier, enfant trouvé au nez tranché, qui devient coupeur en chef par le fruit du hasard, au Septième Justinien, redoutable vieillard à la barbe teinte et au verbe haut, on domestique un loup, on se rend habillé en rouge aux obsèques de V.Hugo, cet "abolitionniste résolu", on respecte en tous points le professionnel adage "un cou est un cou", on est si mauvaise langue qu'on s'empoisonne avec sa propre salive, on jette des sorts pour faire trembler le quidam... BREF, on se fait remarquer.

Dans ce monde, la dent est dure comme le pain noir. Dans ce monde, arriver à la deuxième place, ce n'est qu'être le premier des derniers.

Un régal d'humour-sauce barbare!