www.leslibraires.fr

Magali B.

La parade

Dave Eggers

Gallimard

16,50
par (Librairie La Géosphère)
10 juin 2021

Admirable de maîtrise !

Entre l'ouvrier zélé et l'assistant désinvolte, la relation se délite, le sentiment de danger s'installe, et la mort plane comme une épée de Damoclès de plus en plus tangible. C'est avec un minimalisme remarquable que Dave Eggers raconte une histoire de portée universelle, tout en tension. Voilà un roman admirable de maîtrise, il n'y a pas un mot de trop jusqu'au basculement final, qui vous prendra par surprise et qui vous laissera KO debout – parole de libraire !

Charlotte et la migration des shorts

Laurène Smagghe, Jean-Claude R. Alphen

D Eux

15,00
par (Librairie La Géosphère)
28 mai 2021

Et vous, il est comment, votre short préféré ??

🩳 C'est l'été, sortez vos shorts ! Voilà qui va ravir la p'tite Charlotte. Car cette rigolote brunette à couettes voue un véritable culte à cet élément vestimentaire. À tel point que, quand les premiers frimas pointent le bout de leur nez, c'est le drame : ses shorts bien-aimés ont disparu du tiroir !! Heureusement, la p'tite Charlotte a une super maman qui, loin de se démonter face au désespoir de sa fille, lui explique sans sourciller que ses shorts ont... migré pour l'hiver !
🩳 Or, lorsqu'ils reviennent de leur migration, re-drame : certains ont rétréci en chemin, les bougres ! Cela dit, il y a des petits nouveaux, qui ont même, dans les poches, de petites surprises rapportées de contrées lointaines. Il n'en faut pas plus pour que Charlotte retrouve son grand, son beau, son inénarrable sourire. Un album punchy et débordant de bonne humeur, à dévorer dès 4 ans !

Comment devient-on raciste ?, Comprendre la mécanique de la haine pour mieux s'en préserver

Comprendre la mécanique de la haine pour mieux s'en préserver

Casterman

Neuf 16,00
Occasion 15,00
par (Librairie La Géosphère)
14 mai 2021

À mettre entre toutes les mains !

Voyager, c'est aimer aller à la rencontre de l'Autre – avec un grand A, oui ! Car l'Autre ne nous ressemble pas, souvent nous ouvre des horizons, parfois nous déroute, toujours nous enrichit – et ce A majuscule dit tout le respect que l'Autre nous inspire. D'ailleurs, que le monde serait tristoune, si nous étions tous identiques, sans la présence de l'Autre !
Toutes ces différences fécondes, pourtant, peuvent engendrer de la méfiance, du rejet, voire de la haine. "Comment devient-on raciste ?" Vaste question, sujet délicat, objet de perplexité. Confronté au racisme dans sa vie quotidienne, l'auteur de BD Ismaël Méziane nous raconte son incompréhension, son chagrin, sa colère. Pour mettre en perspective son vécu personnel et tenter de "comprendre la mécanique de la haine", il dialogue avec Carole Reynaud-Paligot, historienne, et Evelyne Heyer, anthropologue. Ainsi, sa BD aux couleurs étonnamment tendres développe une réflexion solide et édifiante, ponctuée de traits d'humour inattendus, comme autant de respirations au cœur d'un sujet difficile et tristement d'actualité. Cette BD si réussie, on voudrait pouvoir la mettre entre toutes les mains, dès 12-13 ans !

Bienvenue à Meurtreville

André MAROIS

Le Mot et le reste

15,00
par (Librairie La Géosphère)
29 avril 2021

Une rasade d'humour noir à la sauce québécoise !

Mandeville, petit village sans histoires au fin fond du Québec... Et c'est bien ça, le hic : que le village soit sans histoires ! Car les touristes ne viennent plus, et les commerçants locaux commencent à se faire du souci pour leurs affaires. Jusqu'au jour où l'on découvre un petit délinquant... assassiné ! D'un coup, le village se retrouve sous le feu des projecteurs. Voilà qui fait les affaires des commerçants au bord de la faillite ! À tel point que l'un des habitants se dit qu'il ne faudrait pas que toute cette histoire retombe comme un soufflé. Soyons pragmatiques, pense-t-il : ce qu'il faut à Mandeville pour continuer d'attirer les curieux, eh bien c'est plus de crimes ! "Bienvenue à Meurtreville" est une petite pépite d'humour noir, une parodie de polar ni très morale, ni franchement politiquement correcte – et c'est justement ça, qui est jubilatoire ! Et puis le second degré, ça n'a jamais tué personne, pas vrai ?

Les collectionneurs d'images
Neuf 21,00
Occasion 20,00
par (Librairie La Géosphère)
16 avril 2021

Foisonnant, ambitieux, passionnant !

En littérature, certains territoires sont absents, pour ne pas dire complètement oubliés. Les îles Féroé, par exemple. Alors quel bonheur, quand une excellente maison d'édition comme La Peuplade décide de s'intéresser à un roman écrit en féroïen par un Féroïen ! D'un seul coup, c'est tout votre horizon qui s'élargit. D'autant qu'ici, vous avez affaire à un joli pavé, qui vous laisse le temps de vous imprégner de l'ambiance.
"Les Collectionneurs d'images" raconte le destin de six garçons nés aux Féroé en 1952. Leur point commun, c'est leurs lieu et date de naissance, ainsi que l'école qu'ils ont fréquentée. À la récréation, ils s'échangent les fameuses images qui donnent son titre au roman. Mais sinon, leurs origines sociales, leurs aspirations, et tout simplement les hasards de la vie, rendent leurs trajectoires très variées. L'un meurt très tôt d'une méningite, l'autre s'embarque sur un bateau de pêche, un troisième devient expert-comptable. Certains se marient, d'autres non, tandis que l'un d'eux peine à faire accepter son homosexualité. Ces six portraits entrecroisés permettent à l'auteur de témoigner de l'évolution du quotidien des Féroïens, eux qui sont souvent tentés d'aller refaire leur vie hors de l'archipel, par exemple au Danemark.
Évidemment, avec une telle saga – foisonnante, ambitieuse, passionnante –, les rebondissements sont si nombreux qu'il serait illusoire d'en résumer l'intrigue. Alors si vous soirées sont longues et vos envies d'évasion impérieuses, n'hésitez pas !