Veronique L.

La philosophie en hiver
15,30
par (Librairie Dialogues)
20 février 2012

Tableau flamand

Un Espagnol, enfermé dans sa chambre à Amsterdam, s'attelle au projet de sa vie : écrire un dictionnaire-Spinoza. Même ville, Pays-Bas Espagnols, des siècles auparavant, dans une autre chambre, c'est Baruch le philosophe qui se meurt. Pas d'unité de temps dans ce roman, mais une unité de lieu, et surtout une véritable unité d'âme et de pensée. Ricardo Menendez Salmon excelle à peindre les destins croisés de ces deux "frères de coeur". Le lecteur s'absorbe dans la contemplation émue - ombres et lumière - de ce beau diptyque.

Karen et moi
par (Librairie Dialogues)
23 août 2011

Karen et moi

« Cela fait longtemps que Karen est entrée dans ma vie », dit Nathalie Skowronek . Entre l’écrivain et la Baronne Blixen il existe, de fait, une vieille histoire « d’amour », tissée d’affinités véritables : blessures inavouées, quête d’absolu, désir ardent de devenir ce que l’on est profondément, de quitter les faux-semblants, de renoncer aux apparences lisses qu’on peut donner à voir aux autres, - par conformisme, par faiblesse, par peur …
Nathalie trouve en Karen une sœur aînée, Nathalie tutoie Karen, elle met ses pas dans les siens, racontant la Danoise au présent, se racontant elle-même au passé, … si bien que le lecteur ne sait plus très bien laquelle des deux est la plus « vivante », laquelle donne à l’autre son souffle ! L’aventure africaine de Karen Blixen rejoint ainsi l’aventure intérieure de Nathalie Skowronek . « Au terme de l’aventure, ce n’est pas Karen que je trouve mais bien moi (…) A mon tour maintenant », conclut l’auteur .
Pour l’une et l’autre, l’écriture est devenue vitale, au sens très fort du terme . Ni biographie, ni autobiographie, ce premier roman touche au cœur . Un écrivain est né : on lui souhaite tout le succès qu’elle mérite .

Les derniers jours de Stefan Zweig
Neuf 17,30
Occasion 8,00
par (Librairie Dialogues)
15 février 2010

Ce roman très sombre, très beau, présente sans complaisance la figure de Stefan Zweig, un homme à la dernière étape de son exil, à Pétropolis au Brésil . Il a "perdu la foi" et entraînera dans son suicide sa jeune femme, Lotte, laquelle ne souhaitait sans doute pas mourir . La lecture du roman, où l'on croise d'autres écrivains, éditeurs et journalistes juifs en fuite, mais aussi des opposants politiques non-juifs, exilés volontaires, nous amène à réfléchir sérieusement sur l'histoire du "monde d'hier", mais surtout sur le sens de l'engagement en littérature .

Farouche à quatre feuilles

Breton, André-Jules-Louis

Grasset

7,05
par (Librairie Dialogues)
15 février 2010

"Farouch" en provençal désigne le trèfle rouge . Ce livre est une réflexion à 4 voix, celles d'André Breton (Alouette au parloir), de Lise Deharme ( Le vrai jour ), à qui l'on doit l'initiative de ce recueil composé en 1953 pour son émission radiophonique , de Julien Gracq (Les yeux bien ouverts) et de Jean Tardieu (Madrépores ou l'architecture imaginaire) . Quatre manières très différentes de dire le rôle de la rêverie dans l'art . Quatre textes sur le ton du théâtre, de la poésie, de la méditation ou de la fantaisie . La préface de Marcel Schneider est littéralement éblouissante : à elle seule, elle vaudrait déjà la lecture de ce "trèfle" savoureux !

Manières douces, Nouvelles
Neuf 14,90
Occasion 3,80
par (Librairie Dialogues)
8 février 2010

Leste sans vulgarité, plein d'esprit, souvent poétique, un vrai plaisir de lecture : ne vous en privez surtout pas !