www.leslibraires.fr

Veronique L.

Elle m'attend, roman
13,15
par (Librairie Dialogues)
19 avril 2005

"C'est aujourd'hui qu'elle est morte. Ou bien hier ? Avant hier ? Qu'importe pour lui, la pendule s'est arrêtée sur aujourd'hui."
"lui", le viel homme, a quitté "aujourd'hui" sa maison. Mettant le cap à l'ouest, il traverse la campagne ardennaise, puis Paris, grande ville étrangère au petit matin, à nouveau les chemins des prés, des bois, des fossés humides et froids comme des tombeaux. A pied, il marche jusqu'au bout de ses forces, vers le couchant de sa vie. Sa solitude croise d'autres solitudes : un routard vagabond et amical, une grand-mère compatissante et sa petite fille pleine de questions étonnées, qui lui offrent une nuit dans un vrai lit. Une jeune femme sculpteur, surtout, qui va l'aider à mourir et modeler dans la terre glaise le visage de deuil...

Toi, Pénélope
14,00
par (Librairie Dialogues)
19 avril 2005

"Homère" finissant, comme "odyssée", par un e, méritait finalement d'appartenir plutôt au genre féminin. On en est presque convaincu lorsqu'on referme le livre d'Annie Leclerc... Il ne faudrait tout de même pas prendre pour une idiote celle qui fut entre toutes "experte à filer et défiler les ruses"! "A qui, à quoi pensais-tu", toi, Pénélope?  A Ulysse seulement? Pendant 20 ans? Impossible. Tu pensais forcément à autre chose aussi, à des milliers d'autres choses. Mais lesquelles?
L'auteur scelle ainsi un pacte avec son héroïne, contre ce qu'elle nomme "le bien-entendu habituel", et choisit de réécrire à sa façon le retour du vaillant Ulysse à Ithaque, auprès de sa fidèle Pénélope : dans une sorte d'anti-épopée au féminisme allègrement provocateur, alternant apostrophes en prose et stances alexandrines, elle célèbre la complicité des femmes (le choeur antique!) face au camp des hommes. Chapeau bas, vous Mesdames, applaudissez l'aède, son chant et sa lyre... Et vous, Messieurs, qui ne manquerez pas de lire ce roman, qu'en pensez-vous?

L'etrangere aux yeux bleus, roman
par (Librairie Dialogues)
19 avril 2005

Juin 1947, Anna Odintsova, diplômée d'études orientales de l'Université de Leningrad, débarque sur la banquise d'Ouelen, à l'extrême Est de L'U.R.S.S. Sa mission : étudier les coutumes anciennes des éleveurs de rennes, pour le compte de l'institut d'ethnographie de l'Académie des Sciences.
Le premier habitant qui l'accueille est Tanat, un jeune Tchouktche. Entre « la savante de Leningrad » et le natif de la toundra naît une véritable passion. Anna épouse Tanat et part vivre avec lui sous la yaranga. Lorsque quelques années plus tard l'appareil stalinien entreprend de broyer tout particularisme au sein de l'empire russe, Anna, devenue plus tchouktche que les Tchouktches, va subir et partager leur sort…
Comme Unna, le précédent très beau roman de Rytkhèou, l'étrangère aux yeux bleus est la vibrante « défense et illustration » d'une culture.

Ici présent

Le Temps qu'il fait

par (Librairie Dialogues)
19 avril 2005

"C'est l'histoire d'une fraction de seconde, une histoire de gamin vraiment,de mousse."C'est l'histoire d'un jeune homme qui vient d'arriver du côté de la pointe Penmarc'h, en Bretagne, au port de Saint-Guénolé.Dans cette région, qui est un véritable pays, comment un inconnu peut-il trouver sa place? En plus d'ètre un écrivain talentueux, Jean-Pierre Abraham est aussi photographe.C'est ce regard différent et peu banal qu'il pose sur l'ancien Cap Caval, immortalisant les lieux et les âmes en un fraction de seconde.C'est aussi pour cela qu'avec "Ici présent" s'amorce peut-ètre une nouvelle démarche littéraire.Il ne s'agit plus de relater des événements, mais d'instantanés, d'une histoire en temps réel, "comme si l'écriture pouvait coïncider avec la vie." Un récit empreint d'une grande poésie, inspiré par l'amour de lieux que Jean-Pierre Abraham connait bien.

Voyages
par (Librairie Dialogues)
19 avril 2005

On trouvera dans ce livre, pour la première fois réunis en un seul volume, les notes et récits de voyages que Flaubert entreprit en famille, seul ou avec son ami Maxime du Camp. Qu'il s'agisse de textes revus et aboutis ou de simples impressions jetées sur des carnets de voyages, Flaubert apporte ici la démonstration qu'un grand écrivain se reconnaît jusque dans la matière brute de ses écrits. Comme a pu le dire Jean-Paul Sartre: "On voit Flaubert tout entier dans ses notes de voyages. Je conseille à tous ceux qui veulent savoir qui est Flaubert de lire ces notes."