www.leslibraires.fr

À l’approche des fêtes de fin d’année, les difficultés d’approvisionnement en papier peuvent allonger nos délais de livraison jusqu’à 3 semaines pour les livres sur commande (points orange). Nous vous conseillons d’anticiper vos achats et de privilégier les ouvrages en stock (points verts).

Gersende G.

7 novembre 2020

Epoustouflant

Plus qu'une adaptation en BD, la talentueuse Rébecca Dautremer nous livre un sublime travail d'interprétation graphique d'un roman culte de la littérature américaine.
•••
428 pages, un très beau papier Artic Volume 130g au service d'illustrations de toute beauté. Texte intégral de Steinbeck.
On est sous le charme!

15,00
19 octobre 2020

Les Orageuses de Marcia Burnier

Parce qu'elles n'en peuvent plus. Des injonctions à sourire, des cuisses masculines qui s'ouvrent et s'étalent dans les transports en commun, des avis non sollicités, des insultes qui pleuvent, des gestes déplacés et des viols justifiés par une société qui questionnent les tenues vestimentaires, le degré d'alcoolémie, l'heure tardive, l'imprudence de la femme - et jamais la fabrique des violeurs.

Il ne s'agit pas tant de vengeance, que de riposte, chez ce groupe de filles, toutes violées, par un collègue, un ami, un parent et qui, pour se réparer, décident de répliquer. Et où paradoxalement, une réappropriation de la violence permet la renaissance.

Une écriture féroce, tout en rage, pour un premier roman intransigeant et intimiste.

Pour poursuivre la lecture:
Du côté fiction "Le Pouvoir" de Naomi Alderman où les jeunes filles possédent soudainement le pouvoir d'infliger un choc électrique à leurs agresseurs,
Et du côté essai, "Une culture du viol à la Française" de Valérie Rey-Robert où l'auteur analyse les violences sexuelles, déboulonne les idées reçues et bat en brèche l'argumentaire déresponsabilisant les violeurs.

3 septembre 2020

Carnet de voyage et journal intime

4.240 km le long du Pacifique. Du Mexique au Canda. C'est le trail qu'entreprend le jeune irlandais, Luke Healey, captivé depuis son enfance par les Etats-Unis.

A travers son récit de randonnée aux allures de journal intime, c'est toute l'ambivalence envers ce rêve américain qu'il nous ait donné à lire, à l'heure où le pays s'apprête à élire Trump.

Entre désir d'Amérique et désillusions, la randonnée est tout autant une mise à l'épreuve de ses rêves que de son endurance.

Intime et drôle, un roman graphique à glisser dans son sac à dos avant le grand départ.

Sur la mer des mensonges

Casterman

23,50
31 août 2020

Anaïs Nin, sur la mer des mensonges de Léonie Bischoff

Premier roman graphique consacré à l’écrivaine Anaïs Nin durant l’entre-deux-guerres.

Epouse d'un banquier, Anaïs Nin écrit son journal intime pour fuir une vie de femme un peu trop lisse. Elle y livre son ambivalence au sujet de sa vie conjugale tandis que bouillonnent en elle créativité et sensualité.

Sa rencontre avec Henry Miller et June, l’épouse et muse de ce dernier. fera tout chavirer... Dès lors, érotisme et écriture ne cesseront de s'entremêler.

Ce roman graphique nous plonge dans le jardin secret d'Anaïs Nin où se terrent amours interdits et sentiments coupables. Il donne à voir la naissance d'une femme-auteure qui nourrit son écriture de sa vie intime et de ses émotions.

Léonie Bischoff accomplit un prodige: ses dessins au crayon et le travail sur la palette de couleurs sont un hommage réussi à une femme aux multiples facettes qui vivait et aimait comme bon lui semblait.

Coup de coeur de cette rentrée 2020!

Neuf 20,50
Occasion 20,00
6 mai 2020

Du fantastique qui interroge le sens de l'existence

Pousser son rocher, c'est désormais vivre, mourir et revenir à la vie au coeur des guerres les plus atroces de chaque âge de l'humanité. Tout juste le temps de prendre le pouls de l'époque, d'y perdre un peu plus de sa viande, avant d'être saigné, lynché ou trucidé selon les moeurs en vigueur.

Mais voilà Sisyphe est bien embêté car les dieux, qui lui ont infligé cette punition, ont déserté, décampé, voire claqué, qui sait. Plus personne aux manettes. Dès lors, comment se révolter, quel sens donner à sa révolte sous des cieux vidés de leurs divinités?

Reste alors le pauvre Charon, sorte de Gollum momfié, avec lequel se rejoue une dialectique du maître et de l'esclave, tandis que chacun souhaiterait aller voir ailleurs s'il y est.

Ferric nous livre du fantastique fichtrement bien écrit qui s'offre, qui plus est, le luxe d'interroger l'absurdité de la condition humaine, laissée seule face à la question du sens de son existence.