Le Merle Moqueur ..

Jours barbares
23,50
par (Le Merle Moqueur)
22 mars 2017

Surfin' USA !

C'est la découverte des océans.
C'est un hymne à l'amitié, une ode à l'aventure.
C'est le "Endless Summer" de la littérature.
C'est "Tristes tropiques" chez les "Beach boys".
C'est "Jours barbares", prix Pulitzer 2016.

Everybody's gonna surfin', surfin' USA !

Avant que les ombres s'effacent

Dalembert, Louis-Philippe

Sabine Wespieser

21,00
par (Le Merle Moqueur)
14 mars 2017

Haïti et l'Allemagne nazie

À travers le destin du docteur Ruben Schwarzberg, Louis-Philippe Dalembert explore l'une des pages les plus méconnues de l'Histoire : celle de la déclaration de guerre à l'Allemagne nazie par une république haïtienne indépendante et fière.
De Lodz à Port-au-Prince en passant par Paris, Cuba, Berlin...
Un magnifique roman.

N'envoyez pas de fleurs
25,00
par (Le Merle Moqueur)
14 mars 2017

Seules les âmes damnées sont éternelles.

Carlos Trevino vit une retraite paisible loin des affaires sordides de La Eternidad.
Aussi, quand on vient le chercher pour retrouver la jeune fille d'un millionnaire local, il sait qu'il vient de remettre un pied en enfer.
Seules les âmes damnées sont éternelles.

Attachement féroce
par (Le Merle Moqueur)
14 mars 2017

Un classique du genre

"Il est des liens plus solides, plus complexes, plus féroces, que le simple amour ou la simple haine" écrivait Moritz Thomsen dans ses admirables mémoires, "Mes deux guerres", en songeant à son père.
L'attachement de Vivian Gornick à sa mère en témoigne à son tour avec une grâce, un brio, une acuité hors du commun - ou comparables aux prouesses de Joan Didion.
Un classique du genre, assurément !

Le monde de Barney

Richler, Mordecai

Albin Michel

23,20
par (Le Merle Moqueur)
14 mars 2017

Une merveilleuse collection de sujets d'affliction

Ces mémoires d'un ruffian-montréalais-juif-inculpé contiennent l'une des plus merveilleuses collections de sujets d'affliction jamais lue.
Des "propos de table" hilarants servis sur et sous la table, des cajoleries, des menaces, des supplications, des séjours parisiens, une correspondance on ne peut plus caustique, des passions profanes et une passion sacrée : Miriam, l'adorable troisième femme de Barney, la seule, l'unique, l'envolée.
On songe à S. Bellow, à Bukowski, aux superbes grandes gueules juives d'Isaac Babel...