www.leslibraires.fr

Thierry L.

https://www.librairie-sainte-hortense.fr

Neuf 7,95
Occasion 4,44
Conseillé par (Librairie Sainte-Hortense)
6 mars 2022

La note américaine

Ce livre, fruit d’une enquête longue et rigoureuse, apporte un éclairage surprenant, mais surtout terrifiant, sur ce qui pouvait encore se passer aux Etats-Unis il y a moins d’un siècle, dans un pays qui était déjà l’une des plus grandes démocraties du monde.

La vérité, c’est que dans les années 1920, dans ce vaste pays à la pointe de la modernité, certaines zones de non-droit subsistaient, où ceux qui étaient censés faire appliquer la loi étaient, en fait, des criminels de la pire espèce qui pouvaient encore exercer leur pouvoir en toute impunité.

Les mécanismes admirablement décrits dans ce livre, qui ont conduit à l’extermination méthodique de familles entières d’Indiens Osages par de nombreux et puissants complices, dans le seul but de s’approprier leur fortune, sont sidérants.

Et le portrait de celui qui va y mettre un terme, un certain John Edgar Hoover, qui n’est encore qu’un très jeune et très ambitieux responsable d’une nouvelle agence de renseignement qui ne s’appelle pas encore le FBI, est, lui aussi, fort intéressant.

19,50
Conseillé par (Librairie Sainte-Hortense)
6 mars 2022

Numéro deux

Trouver celui qui pourrait incarner Harry Potter pendant sept films était un exercice délicat. Après une recherche qui dura des mois, il ne resta finalement que deux candidats. Après moultes hésitations, la production choisit finalement David Radcliffe.

C’est la vie de l’autre, le recalé de justesse, le perdant, que David Foenkinos a imaginée dans ce roman. L écriture généreuse et empathique de l’auteur ne manque pas d’amener le lecteur à se prendre d’amitié, et de pitié aussi, pour cet anti-héros qui, décidément, outre le fait qu’il n’a pas eu le rôle, n’a vraiment pas beaucoup de chance dans la vie.

Mais le côté pathétique de cette histoire n’empêche pas le roman de garder le style léger auquel nous a habitué l’écrivain.

Comment se détendre tout en lisant de la bonne littérature ? Lisez Foenkinos…

20,90
Conseillé par (Librairie Sainte-Hortense)
6 mars 2022

Les ailes collées

Il y a un côté pointilliste, dans le style de l’autrice. Les courtes phrases, insérées dans de courts chapitres, font penser aux petites touches de couleur d’un Paul Signac, qui, juxtaposées les unes aux autres, laissent apparaître avec force, mais délicatesse, les ombres et les lumières. Celles de la Bretagne. Si changeantes. Comme la vie de Paul, qui oscille entre noirceur et incandescence.

« Les Ailes Collées », c’est l’histoire d’une passion dévorante, magnifique, interdite. C’est une histoire de violence et d’intolérance. C’est une histoire qui dérange, qui dénonce, qui emporte le lecteur dans un tourbillon de joies et de douleurs, d’émotions et de sensualité.

Après « la Dérobée » et « Les Corps Conjugaux », que nous avions déjà beaucoup aimés, Sophie de Baere signe, à nouveau, un roman d’une grande force, intense, pertinent, passionné et passionnant.

Conseillé par (Librairie Sainte-Hortense)
6 mars 2022

La plus secrète mémoire des hommes

Ce roman est d’abord un livre au sujet d’un livre : “Le labyrinthe de l’Inhumain”. Mais c’est aussi lui-même un labyrinthe dans lequel l’auteur emmène son lecteur qui devra, certes, faire des efforts pour ne pas s’y perdre. Durant quatre-cent-cinquante pages, Diegane, le jeune écrivain sénégalais, part à la recherche de cet auteur mystérieux qui a écrit, soixante-dix ans plus tôt, un roman qui défraya la chronique, avant de retomber dans l’anonymat.

Au travers des rencontres et des récits qui révèlent petit à petit des vérités subjectives, sans doute déformées par le prisme de celles et ceux qui les relatent, Mohamed MBougar Sarr distille sa vision sur le monde et ses failles : l’ineffaçable différence que constitue la couleur de la peau, les drames de la colonisation ; sur la création littéraire, aussi : la question du rôle de la littérature est sans cesse au cœur du récit. Mais le sujet central du livre est, comme l’annonce le titre, le temps. Le temps qui passe, le temps qui efface, le temps qui déforme, puis le temps qui revient, le temps de l’éternité. Page 451 : « Le passé a du temps ; il attend toujours avec patience au carrefour de l’avenir ».

C’est un roman philosophique ambitieux, complexe et exigeant que l’Académie Goncourt a choisi de récompenser en 2021. D’une étonnante maîtrise de la part d’un jeune auteur qui n’est encore qu’au début de son œuvre, ce livre a toutes les qualités pour rejoindre les classiques dans les rayonnages des bibliothèques de demain.

Éditions de l'Observatoire

20,00
Conseillé par (Librairie Sainte-Hortense)
11 décembre 2021

La possiblité du jour

La possibilité du jour
Emilie Houssa
Ed. L’observatoire

En 1947, Aurore, tombée amoureuse un peu plus tôt de Martin, un beau G.I., décide de quitter Nice et ses proches pour le rejoindre de l’autre côté de l’Atlantique. Mais le rêve américain s’écroule quand elle découvre, à son arrivée, que Martin est parti vers d’autres horizons.

Pourtant, elle décide de rester aux Etats-Unis. Seule, ballotée par les hasards de la vie, elle va peu à peu s’y reconstruire, et reconstruire une sorte de famille, à sa manière…

Emilie Houssa, dans un style narratif d’une beauté digne d’une grande auteure, raconte sans jamais citer, sans jamais céder à la tentation du dialogue. Dès les premières lignes, la langue ciselée et fluide de la romancière entraîne le lecteur, derrière son héroïne, dans une épopée captivante, en nous racontant avec subtilité l’intimité de personnages emportés par les tourments de la grande Histoire et les aléas des aventures individuelles.

Thierry LIMON DUPARCMEUR