A 18h00 Dédicaces, Lecture-Entretien à partir de 19h Réservation souhaitée
Avec VALERIE GANS
Ajouter à mon calendrier
Le , Aux Lettres de mon Moulin

Dévoré par les requins au large de Bali, le peintre Egon Stübli est mort. Largement relayée par une presse qui jusqu’à présent ne s’était jamais beaucoup intéressée à l’artiste, en perte de vitesse après un petit succès quelques années plus tôt avec une série de portraits distordus appelés les Uglies, l’information suscite instantanément dans le monde de l’art un regain de curiosité.
Les « amis » apparaissent soudainement de toutes parts, la cote d’Egon s’envole, on s’arrache ses toiles… Mort, Egon Stübli atteint une notoriété à laquelle il n’aurait jamais pu prétendre de son vivant.
Réticent dans un premier temps à profiter de cet engouement, son compagnon le chirurgien Charles Newcommer en tire cependant une idée. Si c’est la singularité qui plaît dans les portraits de son amant, pourquoi n’appliquerait-il pas ce principe à la chirurgie plastique ? Donner aux femmes – et aux hommes – une personnalité plutôt que de les faire toutes – et tous – se ressembler ?
Entre satire sociale et thriller psychologique, de la quête de la beauté à la fabrication d’un succès, Valérie Gans brosse un tableau au vitriol de notre société. Et si tout ceci n’était qu’une immense manipulation, reposant sur ce qui a toujours fait courir les hommes : l’appât du gain et la vanité ?
Journaliste au Figaro Madame, Valérie Gans est l’auteur de plusieurs romans. La famille, la transmission, la place des hommes et des femmes dans nos sociétés sont ses sujets de prédilection. Elle a également publié une saga familiale commencée par Le Bruit des silences, 2013, Des fleurs et des épines, 2015 et Le Chant des lendemains, 2016, qui aborde les problèmes des nouvelles filiations.