www.leslibraires.fr

À l’approche des fêtes de fin d’année, les difficultés d’approvisionnement en papier peuvent allonger nos délais de livraison jusqu’à 3 semaines pour les livres sur commande (points orange). Nous vous conseillons d’anticiper vos achats et de privilégier les ouvrages en stock (points verts).

L'Amour et la Violence
EAN13
9782080253354
Éditeur
Flammarion
Date de publication
Collection
Littérature française
Langue
français
Langue d'origine
français

L'Amour et la Violence

Flammarion

Littérature française

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782080253330
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

  • Aide EAN13 : 9782080253354
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

Autre version disponible

Valentin a l’âge d’aller à l’école et n’a toujours pas de nom. Pas de
nom, pas d’existence dans la Cité où sa mère et lui sont entrés par effraction
avant que le régime de séparation relègue la multitude à son sort. Bien décidé
à accomplir son ascension très haut, tout en haut, il est rattrapé par le
passé de sa mère, les soubresauts de sa mémoire, les tremblements d’une
société obsédée par l’ordre, la paix et la volupté. Par le réel et l’irréel.
Par Arsène, surtout, que Valentin rencontre alors qu’il vient d’avoir vingt
ans, et les garde-fous qui s’effondrent d’un seul coup. Jusqu’à la fin, on le
suit dans une lutte féroce avec l’amour, la révolte, la vérité, ou plutôt avec
les formes qu’ils ont prises dans une société qui en étouffe jusqu’au désir.
Entremêlant les voies du roman social, du récit d’apprentissage et de la
dystopie, Diana Filippova nous entraîne dans un roman politique qui est aussi
une histoire d’amour. D’une douloureuse beauté qui n’est pas sans rappeler
celle de Martin Eden, la quête de Valentin tend un miroir à une société d’une
monstrueuse bienveillance, où tout est permis et rien n’est possible.
S'identifier pour envoyer des commentaires.