www.leslibraires.fr
  • par (Fontaine Kléber)
    15 mai 2014

    Peu de gens connaissent l’histoire de ces japonaises qui, au début des années 1900, ont tout quitté pour aller épouser en Amérique des hommes qu’elles n’avaient pas choisis. Au cœur d’un roman polyphonique, nous accompagnons ces jeunes femmes qui s’embarquent pour les États-Unis, pleines de rêves et confiantes en l’avenir. Nous restons à leur côté lorsque leurs espoirs se brisent dès leur arrivée. Nous les accompagnons chaque jour de leur exil… La pauvreté, le rejet, la solitude, le travail acharné, tel sera en définitive leur quotidien. Un « roman choral » d’une rare beauté, pour nous inciter à revisiter cette page oubliée de l’histoire.


  • par (Librairie Richer)
    13 décembre 2013

    Toutes les vies de ces femmes japonaises qui ont quitté leur pays pour les Etats-unis sans savoir ce qui les attendrait. Une vraie découverte de cette partie de l'Histoire complètement inconnue de tous dans un style remarquable.


  • À dévorer sans modération et à mettre entre toutes les mains

    Dans ce roman, Julie Otsuka revient sur le destin de centaines de japonaises. Elles ont tout quitté pour rejoindre leur mari en Amérique. Un homme qu’elles ne connaissent qu’au travers des photographies envoyées et des lettres échangées. Photographies et lettres qui se révèlent, bien souvent, être un tissu de mensonge. Lors de leur débarquement aux États-Unis, la désillusion est grande et la chute d’autant plus brutale ! Mais elles n’ont pas les moyens de revenir au pays et ce serait déshonorant…En conséquence, elles doivent faire face. L’auteur nous conte donc leur quotidien : le travail, les persécutions, les enfants, les rapports tendus, le racisme… Jusqu’à ce que la guerre éclate et que tout soit chamboulé.

    J’ai été tout bonnement passionnée par ce roman. Avant d’ouvrir ce livre, je ne savais pas qu’un tel phénomène de migration avait existé. C’est un sujet très intéressant et l’auteur le décrit de manière captivante.

    Julie Otsuka a fait le choix du « nous ». Ce qui veut dire qu’il n’y pas de personnages principaux. Au contraire, elle tente de rendre compte de la vie de toutes les japonaises exilées. Cela permet de montrer leur grand nombre, on se sent tout simplement écrasé par ce « nous ». D’un autre côté, cela devient vite lassant car cela a un effet « catalogue ». On a juste l’impression que l’auteur fait une longue liste et cela peut devenir lourd.

    Ensuite, ce que j’ai beaucoup aimé dans cet ouvrage ce sont les phrases en italique. Rien n’est dit là-dessus, mais personnellement, cela m’a donné l’impression d’être de vrais témoignages (oraux, lettres, mémoires…) recueillis par Julie Otsuka et intégrés directement dans le récit. Je trouve que cela lui rajoute de la force, de la crédibilité… On a vraiment l’impression que ce sont ces centaines de japonaises qui nous racontent leur histoire et non un intermédiaire.

    Au final, c’est une lecture que je ne peux que vous recommander. J’ai passé un merveilleux moment de lecture tout en apprenant tout un tas de choses. Je me suis passionnée pour le sujet. Le style et la forme choisis par l’auteur sont un peu particuliers, mais on s’y fait vite et on se laisse emporter sans mal. Désormais, je n’ai qu’une envie : lire l’autre roman de l’auteur !


  • par (Fontaine Victor Hugo)
    2 octobre 2013

    1919. Les japonaises quittent le japon. Enfin. Elles embarquent, direction la liberté, la richesse et l'amour. Tout ce que l'on trouve aux États-Unis. Photographies en poches, elles sont prêtes. Elles ont hâte. Le voyage leur semble long, beaucoup trop long. Dans l'attente, elles regardent, une fois, deux fois, dix fois, ce visage sur la photo, cet homme, jeune, beau et riche. Ce futur époux. Mais voilà, elles débarquent et tombent nez à nez avec de vieux hommes, abîmés par la fatigue et rongés par la pauvreté. Le rêve américain n'aura pas duré. Commence alors, une vie d’exilée : un travail épuisant, une intégration difficile, un apprentissage de la langue chimérique, la xénophobie, le mépris... Une impitoyable désillusion racontée avec force, musicalité et poésie, sans jamais tomber dans le pathétique. Un grand roman !


  • 1 octobre 2013

    un sujet tres interessant de ces femmes japonaises qui fuient leur pays, pour les etats unis des annees 20,pour un meilleur avenir.helas, ils connaitront la souffrance,le racisme,la douleur.un roman eblouissant.


  • par (Librairie Ravy)
    28 septembre 2013

    Ce court roman est d'une violence terrible, Julie Otsuka sort de l'oubli le sort de ces japonaises qui ont quitté leur pays pour une vie d'humiliations.
    Son écriture hypnotique renforce les violences vécues et ne peut que nous bouleverser !
    Valérie