Conseils de lecture

VERRE ET CENDRES
24,00
par (Librairie L'Armitière)
7 mai 2013

Lili, la magnifique !

J'aime bien les éditions Gaia et comme je trouvais jolie la couverture de ce roman, je l'ai pris... et ne l'ai plus lâché. Il s'agit d'un premier roman écrit par une Suédoise. C'est le portrait d'une femme au destin incroyable. J'ai un énorme coup de coeur pour ce livre qui nous fait voyager du Vienne de la grande époque à Berlin en passant par New York. Une belle écriture et puis aussi de l'amour, de l'aventure... bref, un vrai bon roman pour cet été !


Les aventures métalliques d'Alfred von Bierstüb
12,00
par (Librairie Grangier)
7 mai 2013

Loin de porter uniquement sur l'univers du Métal, cette bande dessinée nous donne une image sympathique et touchante de ce personnage, Alfred, qui vit à fond pour sa passion. L'auteur se moque gentiment de son personnage, ce qui le rend encore plus touchant. Remplie d'humour, cette bande dessinée est, pour moi, une excellente et surprenante découverte !


Dis-moi que tu m'aimes
par (Librairies de Port Maria)
7 mai 2013

Dis-moi que tu m'aimes

La vie amoureuse mouvementée d'une jeune fille de 16 ans et de ses amies. Un bon roman, agréable à lire, moderne, bourré de rebondissements et pas idiot. L'auteur parle des sentiments (thème ô combien important à cet âge !), ou plus exactement DES visions de l'amour car chaque personnage pense et agit différemment, selon sa maturité.


Meurtres au manoir, roman
6,70
par (Librairie L'Armitière)
7 mai 2013

Frissons

Une intrigue digne d'un roman policier qui flirte parfois avec le fantastique... Je ne veux pas trop en dire mais sachez que cela commence joliment pour se terminer en véritable cauchemar. C'est à lire !


Le temps, le temps

Christian Bourgois

18,00
par
7 mai 2013

Le temps n'existe pas

Comment appréhender le temps ? D’ailleurs existe-t-il ? Seule la transformation des êtres, des lieux prouve son existence mais à supposer que l’on gomme toute modification qu’adviendrait-il du temps ? C’est à cette spéculation intellectuelle que nous invite Martin Suter dans son dernier roman aussi ingénieux que déroutant.

Peter Taler, comptable d’une quarantaine d’années, mène une existence terne depuis l’assassinat de son épouse un an plus tôt, abattue au pied de son immeuble. L’enquête n’a rien donné et le coupable court toujours. Sa seule distraction, siroter une bière en fin de journée à son balcon. Or, ce jour -là une impression étrange s’empare de lui. Quelque chose s'est modifié, mais quoi ? Il serait bien incapable de le dire, les maisons, les jardins du voisinage semblent inchangés. Pourtant, le sentiment d’étrangeté ne le quitte pas. En face de chez lui, il y a cet homme curieux qui l’observe en jardinant et le photographie. Lorsqu’il lui rend visite, Taler découvre un homme singulier et déprimé. Knupp est âgé, veuf depuis une vingtaine d’années et vit dans le souvenir de sa femme. Il n’a touché à rien depuis la disparition de Martha. Le vieil homme lui fait part de sa théorie. « Le temps n’existe pas. Seul indice du passage du temps, la modification. En supprimant la modification, on efface le temps. »  Knupp va entraîner son voisin dans une folle entreprise : recréer à l’identique une journée, vingt ans plus tôt juste avant la disparition de Martha. Les choses redeviendront telles qu’elles étaient alors et Knupp en est certain, il retrouvera sa femme. Bien que désarçonné par le projet, Taler accepte d’y participer. Les deux hommes développent des trésors d’ingéniosité et dépensent des fortunes pour reconstituer la petite ruelle telle qu’elle était ce 11 octobre 1991. Et lorsque le jour fatidique arrive….

Martin Suter bâtit ici une intrigue invraisemblable dans laquelle on se laisse prendre avec délice.  La rigueur du style, le déroulement sans faille du récit font qu’à l’instar de Taler on finit par y croire. Et si c’était vrai ? « Le temps, le temps » est un livre réjouissant.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u